Les héritages culturels régionaux via les formes artistiques

Les héritages culturels régionaux via les formes artistiques
Les grands voyageurs - 3.2 Ko

Projets 2013

RECITS - Marseille [ Edition littéraire ]

Les grands voyageurs

LES AUTEURS

L'association Récits, des parcours de vie aux histoires de lieux

Témoignage d'époque et de société, le récit de vie est également un moyen d'expression de soi et de transmission de l'histoire aux autres. C'est là la raison d'être de l'association Récits, dont l'objet porte sur le recueil, l'écriture et la valorisation des témoignages individuels et collectifs. C'est aussi le fondement des activités qu'elle développe : livres biographiques pour des familles, histoires de quartiers et de métiers racontés par les habitants, valorisation sonore et théâtrale des témoignages.
Notre travail fait parler une diversité de personnages et aborde l'histoire des lieux de vie à partir des mémoires de chacun. Il interroge les processus de construction identitaire tels qu'ils s'incarnent, tout au long du passé, du présent et de l'avenir, dans des territoires ou/et dans des parcours.
Huit ouvrages ont d'ores et déjà été réalisés par l'association et publiés en partenariat avec des maisons d'édition (éditions Gaussen, édition Ref2C).

Les auteurs

1/ « Praia - Marseille : des globe-trotters capverdiens »

Marie d'Hombres - Le regard des mots
Formée aux sciences sociales, Marie d'Hombres a longtemps travaillé dans le champ du développement local et de l'interculturel, en France et à l'étranger, avant de se consacrer entièrement à son coeur de métier : le recueil et l'écriture d'histoires de vie individuelles et collectives. Basé sur l'écoute empathique des personnes qu'elle rencontre, son travail vise la transmission de leurs mémoires sous la forme d'une écriture qui restitue toute la musique et l'esprit de leurs paroles tout en rendant compte de l'histoire sociétale qui les traverse.
Mais qu'elle aborde le passé, le présent ou le futur, elle cherche systématiquement à penser à la fois les phénomènes structuraux communs à une société - événements, histoire, espaces, catégories sociales - et la diversité des modes de vie. Or, les manières de dire, de croire ou de faire, toujours nouvelles, dévoilent à l'image d'un kaléidoscope les dimensions poétiques de la créativité humaine quotidienne.
C'est précisément cet espace invisible, niché dans le quotidien de l'intime, que l'écrivain interroge et restitue, en s'appuyant à la fois sur les souvenirs des hommes, la fiction et les faits historiques.

Christophe Pons, anthropologue
Anthropologue, chargé de recherches au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), rattaché à l'Université d'Aix-en-Provence et à l'institut d'ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative (IDEMEC), Christophe Pons est spécialiste des questions d'anthropologie religieuse dans les sociétés insulaires de l'Atlantique.

2/ « Marseille - Dakar, l'aventure migratoire »

Blandine Scherer
« Formée aux métiers du livre et du patrimoine, j'ai travaillé dans le champ de l'interculturel avant de me spécialiser dans le recueil et la valorisation d'histoires de vie notamment au sein de l'association Récits. Au fil de mon parcours, ma pratique du récit de vie, en tant qu'outil de connaissance du monde social, s'est affirmée à travers diverses expériences menées dans différents contextes socioculturels (quartiers d'habitat social, anciens pays miniers, commerces de proximité, etc). Ces expériences m'ont permis d'adopter une double approche, basée à la fois sur une méthodologie propre aux sciences sociales et sur un travail de restitution au grand public, notamment à travers la réalisation d'ouvrages. Ces livres, mêlant témoignages et écriture, rendent compte des itinéraires de vie des personnes interrogées et du contexte social dans lequel ils s'inscrivent. Au delà de la valorisation écrite, j'ai pu expérimenter diverses formes de travaux autour de la mémoire : ateliers « récits de soi et expression artistique » et intergénérationnels, création de documentaires sonores, travail en lien avec des compagnies de théâtre, photographes, illustrateurs..., autant de démarches qui viennent appuyer un travail d'appropriation et de transmission de la mémoire dans un processus créatif, tourné vers l'avenir... »

Clara Bernard
« Au cours de mes expériences de vie au Sénégal, j'ai été particulièrement touchée par les nombreux témoignages de sénégalais ayant tenté l'aventure migratoire. Je me suis donc engagée, depuis plusieurs années, dans des associations de solidarité avec les migrants. D'une part, pour être à leur écoute et les soutenir et d'autre part pour sensibiliser les citoyens aux « visages » de l'immigration en donnant la parole aux migrants dans des conférences-débat.
Le voyage, l'exil et le récit de vie ont influencé jusqu'à aujourd'hui la majorité de mes lectures m'apportant ainsi un sens d'analyse et un esprit critique sur le sujet. Ces thèmes sont également la source d'inspiration de la plupart de mes écrits.
A mon retour du Sénégal, j'étais très attirée par le bouillonnement interculturel de Marseille. Je m'y suis donc installée. En arrivant dans cette ville, j'ai souhaité étudier les parcours migratoires des sénégalais. La rencontre avec Blandine Scherer s'est révélée décisive pour associer nos qualités afin de mettre en lumière la diversité des parcours migratoires entre Dakar et Marseille. »


L'OEUVRE

Une collection sur les processus migratoires liés à Marseille et sa région

Oeuvrant depuis plusieurs années dans des contextes liés à l'immigration (quartier d'habitat populaire, commerces de proximité, histoire ouvrière, etc), nous avons, cette année, élargi nos territoires d'intervention aux pays ou villes d'émigration. L'idée est de créer une collection d'ouvrages reflétant le phénomène migratoire à travers une diversité de points de vue en mettant en regard lieux et cultures d'origine avec les espaces d'accueil (ou de transit) et d'ancrage.

L'intérêt de créer une collection d'ouvrages est de pouvoir apporter une cohérence aux réalisations que nous proposons :
- en termes de démarche et de contenu puisqu'il s'agit de décliner cette même thématique de la migration dans différents contextes socio-historiques et économiques en axant la restitution sur l'image et les mots.
- en termes d'identification, de visibilité et de diffusion à travers la mise en place d'un partenariat durable avec un éditeur et la réalisation d'une identité visuelle commune à l'ensemble des ouvrages.

L'enjeu est de considérer Marseille et sa région comme point d'accroche puis de s'en éloigner au fil d'itinéraires qui nous mènent d'abord dans le pays d'origine puis ailleurs, en d'autres lieux. Au fil du texte, le processus migratoire se déploie dans ses trajectoires diverses et les sentiments qui lui sont liés. Ainsi, les migrants marseillais nous amènent-ils à la rencontre d'autres personnes, immigrants ou émigrants, qui nous font à leur tour découvrir leur univers et nous conduisent vers d'autres continents ou dans de nouveaux pays.
Par son contenu autant que par son esthétique, la collection a pour but de donner à imaginer, à travers des voix et des illustrations (photos, dessins, parcours schématisés) des itinéraires extraordinaires qui, en accrochant un point - Marseille- et des individus nous font dériver vers d'autres bouts du monde. Ainsi, cette échappée nous permet d'appréhender l'ampleur mondiale du phénomène, dans toute son histoire et ses spécificités actuelles.

Les voix qui s'élèvent de nos deux premiers opus portent avec elles une histoire migratoire de l'Afrique de l'Ouest puisqu'elles sont le fait de migrants d'origine capverdienne et sénégalaise vivant à Marseille et dans la région et de migrants interrogés sur place, à Praia, à Dakar et dans les autres îles de l'archipel du Cap-Vert. Immigrants, émigrants, projets d'émigration ou de retour chez soi, rêves, réflexions autour de leurs parcours... Il s'agit de suivre une multitude de positions et de parcours atypiques (vers l'Europe, d'autres pays du continent africain ou l'Amérique) afin que chaque personnage dessine sa propre carte du monde.

Pour ces deux projets, la collecte de témoignages a d'ores et déjà été menée au Cap-Vert et au Sénégal; elle se poursuit dans la région en parallèle du travail d'écriture et doit aboutir, courant 2014, à la publication des deux ouvrages :
- « Marseille - Praia, des globe-trotters capverdiens » : textes et photos de Marie d'Hombres (CV et itinéraire bio joint) ; analyse de Christophe Pons, ethnologue, chargé de recherche au CNRS
- « Marseille - Dakar, l'aventure migratoire » : textes et photographies de Blandine Scherer et Clara Bernard.Prenant tous deux Marseille comme point de départ, le premier est consacré aux migrants du Cap-Vert (immigrants et émigrants) et s'intitule « Praia- Marseille, les globe trotters capverdiens », l'autre se concentre sur les imaginaires migratoires entre Dakar et Marseille. Ces deux projets ont débuté l'an dernier et sont en cours de réalisation.

A terme, l'objectif est de réaliser d'autres ouvrages sur le même principe en partant, systématiquement, de personnes issues d'un groupe culturel présent en Provence.

A PROPOS DES LIVRES

« Marseille - Praia, des globe-trotters capverdiens » :
Ce livre part de Marseille, ville internationale par excellence, et de ses habitants d'origine capverdienne, nombreux à s'être installés dans la cité phocéenne qu'ils ont marquée à leur manière de quelques empreintes, ici un restaurant, là une brasserie ou une association.
De Marseille, il nous emmène à Santiago et Santo Antao, deux des îles de l'archipel puis dans le reste du pays et, au fil des récits, nous franchissons de nouveau les océans en direction du Brésil, des Etats-Unis, du Luxembourg, de l'Afrique, du Portugal, etc. Peuple de musiciens, de paysans et pécheurs, marqués par la colonisation portugaise et les famines, les Capverdiens se sont forgés une identité atypique. Profondément insulaires, ils restent attachés à leurs terres tout en étant d'infatigables voyageurs et leur culture s'est construite dans un va et vient permanent avec les quatre coins du monde.
A travers de multiples voix - immigrants, émigrants, commerçants voyageurs, etc.- cet ouvrage propose un voyage au coeur de l'archipel et de sa diaspora, dans les méandres du processus migratoire. Il nous parle d'un processus universel, l'exil, de manière à la fois intime et emblématique de l'actualité internationale contemporaine.
Fruit d'un travail d'enquête mené durant un an auprès des habitants du Cap-Vert et de migrants capverdiens vivant dans la région marseillaise, il explore d'une manière inédite l'histoire de cette société et des migrations à travers le monde.

« Marseille - Dakar, l'aventure migratoire » :
A Dakar et au Sénégal, rares sont les familles dont un membre au moins n'a pas quitté le pays. La question de l'émigration est dans tous les esprits et fait partie, au même titre que les pannes fréquentes d'électricité ou la préparation du repas, des discussions quotidiennes. D'abord par nécessité économique, le voyage s'explique également par la recherche d'une autonomie ou le désir d' « aventure » : il s'inscrit en tout cas dans une forte tradition et apparaît symboliquement comme un rituel de passage vers l'âge adulte. Plus concrètement, le départ vers l'Europe est investi, par ceux qui partent comme par ceux qui restent, de toutes les attentes et de tous les espoirs d'une vie meilleure.
A Marseille, le tiepboudien de chez Fatou, les cours de danse africaine ou les boutiques d'artisanat constituent les faces visibles et joyeuses de l'immigration sénégalaise. Mais la réalité du phénomène se dévoile également, plus dure et plus frontale, à travers nos écrans de télévisions : les pirogues chargées de centaines de personnes, les noyades, les contrôles et les expulsions, les barbelés de Ceuta et Mellila, autant de drames surmédiatisés qui font grandir les peurs dans les foyers européens et le refus d'accueillir « toute la misère du monde ». L'immigration clandestine par la mer s'est accentuée parallèlement aux politiques européennes de fermeture des frontières et cache, peut-être plus que nul autre, des histoires d'exil douloureuses. Pourtant, les personnes, les cultures d'origine, les motifs et les conditions du voyage ainsi que les manières de vivre dans le pays d'arrivée sont si diverses qu'on ne pourrait réduire l'immigration sénégalaise à l'image invasive et alarmiste entretenue par les médias. Des populations rurales du début du siècle, en passant par les étudiants, les tirailleurs, les marins, les ouvriers de l'« appel de la France », les entrepreneurs..., les migrants reflètent aujourd'hui une diversité de parcours : hommes, femmes, urbains, étudiants, cadres ou chômeurs ; tous ont décidé de quitter leur pays, parfois au péril de leur vie, entre rêve et douleur. Un pays qui depuis toujours, de par sa tradition et les méandres de son histoire, a engendré des migrants éternels espérant, pour la plupart d'entre eux, revenir un jour au pays de la Teranga.
L'ouvrage « Dakar-Marseille, l'aventure migratoire » donne la voix à certains de ces migrants installés à Marseille ainsi qu'à leurs familles restées au pays. Ces histoires, à la fois singulières et emblématiques des mille et un visages de l'immigration sénégalaise à Marseille et en France, nous donnent à voir la richesse de ces hommes et de ces femmes ayant tenté l'aventure migratoire, tout en témoignant du lien qui les unit, de gré ou parfois de force, à leur pays d'origine.


LE CONTEXTE PAR RAPPORT A IPM

Nous souhaitons faire connaître et valoriser la mémoire, l'histoire et le patrimoine migratoire de la région en ciblant dans le cadre de ce projet des groupes culturels fortement présents sur le territoire régional, les Capverdiens et les Sénégalais, dont les voix multiples dessinent l'histoire autant que l'univers culturel et le pays d'origine. De plus, par l'édition et la diffusion d'ouvrages axés sur le lien entre divers points de la planète du type « Praia - Marseille » ou « Dakar-Marseille », notre objectif est de mettre en exergue notre patrimoine régional qui s'est bâti et continue à se construire grâce à la diversité culturelle.
Toutes choses qui entrent en résonance avec les objectifs propres au programme Identité Parcours Mémoire.

L'AGENDA

Collecte et travail photographique (à finaliser entre juin et novembre 2013 pour "Praia - Marseille" et entre juillet et septembre 2013 pour "Dakar-Marseille") :
- Recueil de témoignages complémentaires et transcriptions
- Travail photographique

Valorisation artistique (décembre 2013 à avril 2014 pour "Praia - Marseille" et janvier à juin 2014 pour "Dakar-Marseille") :
- Travail de création littéraire et mise en récits
- Post prod photo et sélection
- Suivi éditorial, suivi mise en page

Diffusion
(à partir de mai 2014 "Praia - Marseille" et juillet 2014 pour "Dakar-Marseille") :
- Communication et appui à la diffusion
- Organisation de lectures publiques


LES CONTACTS

Association Récits
www.recitsdevie.fr
Marie d'Hombres - 06 66 37 74 95 - mdhombres@gmail.com / recits@live.fr
Blandine Scherer - 06 63 91 50 01 - blandine@pourainsidire.com
Paroles d'agricultures, portraits d'agricultrices
La marseillaise  et  cætera
PAUP - Parcours Artistique Urbain Participatif
Nous vivons des blessures sacrées, complainte sur l'immigration comorienne
Les grands voyageurs
Webdoc de quartier

Accueil | Présentation | Projets | Catalogue | Actualité | Médiathèque | Portraits | Ressources | Séminaire | Liens | Contacts | Mentions légales