Les héritages culturels régionaux via les formes artistiques

Les héritages culturels régionaux via les formes artistiques
Mémoires, cultures et transmissions - 7.4 Ko

Projets 2012

C.S.C JEAN-PAUL COSTE - Aix-en-Provence [ Spectacle vivant ]

Mémoires, cultures et transmissions

LES AUTEURS

LE PORTEUR DE PROJETS

Le centre socio-culturel Jean-Paul Coste est une association (loi 1901) créée en 1968. Notre Centre a donc plus de 40 ans d’expérience sur l’animation de projets socio-culturels sur le territoire aixois. Le centre socio-culturel Jean Paul Coste a une triple spécificité : celle d’être un centre social agréé par la CAF 13, qui oeuvre sur plusieurs territoires conventionnés avec la Ville d’Aix-en-Provence (Aix Sud, Jas de Bouffan, Les Milles, La Duranne et Luynes) et développe un centre de ressources numériques dans le cadre de sa nouvelle labellisation Espace Régional Internet Citoyen (ERIC).
"La participation des habitants est la pierre angulaire du projet centre social".
Le projet du centre social engage la participation de plusieurs acteurs qui interagissent, pour élaborer des actions concrètes qui se réalisent sur un territoire, et des systèmes d’actions qui s’inscrivent dans le temps.

La Fondation du Camp des Milles


Le Camp des Milles "est (…) un élément majeur de la mémoire nationale et de la culture européenne. L'opération constitue l’aboutissement d’une longue marche de la mémoire, tournée vers l’aménagement du site en espace d’éducation citoyenne et de culture. (…) L’ambition de l'opération est de renforcer la vigilance et la responsabilité du visiteur, spécialement du jeune visiteur, face aux menaces permanentes du racisme, de l’antisémitisme, du fanatisme et du totalitarisme".
Le lieu sera au cœur du projet, à la fois source d’inspiration, objet de créations, lieu d’ateliers et de diffusion. L’équipe de la Fondation sera partie prenante du projet, ses membres étant des personnes ressources indispensables à la recherche historique et à la connaissance du lieu.

LES ARTISTES

La Compagnie Mémoires Vives - Artiste associé, Yan Gilg, assurera la direction artistique du projet

La Compagnie Mémoires Vives a été créée à l’initiative d’artistes, réalisateurs, historiens, travailleurs sociaux, acteurs culturels d’ici et d’ailleurs, d’horizons et d’origines diverses. La compagnie Mémoires Vives s’est donnée pour objectif de produire et diffuser des spectacles vivants traitant de l’histoire des immigrations, la mémoire collective.
Pluridisciplinaires, inscrits dans le champ des Cultures Urbaines, les différents projets de la compagnie sont autant d’espaces, d’instants, de croisements artistiques et culturels… autant "d’hymnes à la diversité"…
Artistiquement la démarche consacre le métissage, la mise en contact positive et constructive des cultures et des esthétiques. La compagnie met en synergie la diversité des formes, croise les horizons. La transmission de valeurs s’établit sans conteste dans un cadre de notre connaissance de l’Histoire de l’humanité et considère l’héritage culturel, la mémoire historique et les grandes étapes de l’humanité comme essentiels dans le rapprochement des populations. La compagnie promeut la diversité culturelle et agit sur le terrain en tentant de modifier les représentations sociales liées aux thématiques des histoires des immigrations et affirme par là l’existence d’une mémoire collective, une mémoire vivante dont il faudrait puiser chaque jour autant de richesses qu’apporte chaque Homme de part son unicité et sa conception du monde.

LES ARTISTES LOCAUX

L’association Street Arts - Artiste associé, Nicolas Dumont.
Créée en 2008, cette association a pour but de promouvoir les arts urbains. Elle favorise la rencontre et les échanges entre les jeunes de différents milieux sociaux, valorise l'expression et la créativité, confronte les jeunes aux exigences de l'apprentissage et au respect du corps, les responsabilise en les associant à l’élaboration de créations artistiques.

L’association projet 21 - Artiste associé, Diego Konicheckis.
Projet 21 est une association créée en 2010 par un collectif d’artistes urbains d’Aix-en-Provence (13), tous issus du Street Art et du graffiti. Les membres de l’équipe qui pratiquent ces disciplines depuis plus de dix ans ont  pu  mettre à profit leurs expériences à travers différents projets sociaux et culturels. Projet 21 travaille en partenariat avec des associations implantées depuis plusieurs années dans  la région, notamment le centre socioculturel Jean Paul Coste qui lui a offert la possibilité de se structurer et d’élargir ses réseaux. Projet 21, par le biais de projets éducatifs, travaille avec un public d’enfants et d’adolescents sur des créations artistiques (performances, fresques, élaboration de décors).

L’association Les Films du Papillon - Artiste associé, Agnès Maury.
L’association Les films du Papillon a pour but de valoriser et promouvoir des projets sociaux, culturels, humanitaires, individuels et/ou collectifs en prenant comme vecteur de transmission et d’échanges l’outil audiovisuel.
CULTURE - L’art dans la Cité : Les Films du Papillon sont très impliqués dans la vie culturelle et artistique du territoire. C’est au total plus de 120 reportages, 97 artistes interviewés (musiciens, cinéastes, auteurs, plasticiens…) visibles sur le site www.o2zone.tv (la télévision participative, labellisée E.R.I.C avec qui nous développons un partenariat). L’approche audiovisuelle des films du Papillon est résolument tournée vers l’humain. C’est l’art dans la cité et les Hommes et les Femmes dans l’Art que nous voulons montrer, avec pour objectifs :
- donner une vision plurielle de la création artistique : en développant des partenariats forts avec les acteurs culturels et les lieux de promotion artistique de la Région, en allant à la rencontres des artistes qui nous proposent un éclairage, une vision, un voyage d’émotions et d’histoires...
- participer à la création artistique : en utilisant et expérimentant les technologies innovantes (pocket film…), pour innover dans la narration audiovisuelle et s'envoler de façon poétique dans l'Art en mouvement.

UN MEDIA PARTICIPATIF CITOYEN

O2zone, la télévision participative
Issue, au début des années 70, principalement des associations d’éducation populaire et d’animation rurale cette forme de télévision repose sur un concept de participation active des habitants et des ressources locales à la réalisation et à la ligne éditoriale d’une télévision accessible sur des réseaux et agrée par le CSA respectant donc le terme de la loi. Elle repose sur un concept ou la télévision est un moyen au service du développement local et du développement collectif et personnel.
L’antenne est alors utilisée comme un catalyseur d’énergie au service d’un territoire. De la fabrication à la diffusion, c’est toute une chaîne cohérente de coproduction, dont la diffusion n’est qu’une étape dans le processus d’animation et de développement. En agissant d’une manière systémique sur tout ce qui touche à la vie locale, elle renforce les liens sociaux, culturels et économiques dans un soucie de cohésion territoriale. Basée sur la qualification des personnes ressources (salarié & bénévole) et des associations y participant, elle renforce les compétences globales des habitants par une pratique intégrée et continue des techniques audiovisuelles de communication.
En libérant la parole et l’image dans un cadre déontologique, la télévision participative favorise le dialogue social, le lien intergénérationnel et globalement une meilleure compréhension des problématiques locales.
La télévision participation est un outil privilégié et moderne au service de la démocratie locale.
Objectifs de la télévision
L’évolution des techniques de communication, permet d’envisager des nouvelles formes de participation des habitants sur leur territoire en leur donnant la possibilité d’être acteurs dans la vie locale.
C’est pour promouvoir cette démarche, que les associations constituant le réseau 02zone, ayant pour but la production et la diffusion de programmes audiovisuels, mettent en oeuvre une chaîne de télévision associative et participative.
Dans ce contexte, 02zone souhaite :
• Montrer et favoriser l’expression des points de vue des habitants à partir de leur territoire,
• Favoriser la production, la création et la diffusion d’oeuvres d’artistes et de créateurs locaux,
• Promouvoir la convivialité, le rapprochement des communautés, des générations et des territoires;
• Agir pour un développement local solidaire et soutenir les initiatives citoyennes,
• Valoriser un territoire, un quartier, un lieu donné,
• Valoriser des personnes qui seront impliquées dans la réalisation de projet,
• Valoriser la démocratie et la citoyenneté par la production et la diffusion collective.
Il n’est pas envisageable de faire de la télévision participative sans une politique ambitieuse de soutien à la production et à la formation. O2zone est vecteur fort d'innovations sociales et soutient des initiatives en direction des publics exclus en intégrant l'audiovisuel dans des démarches participatives.
Valorisation du "local".
Le local n'est plus le dernier échelon hiérarchique, il devient un lieu de propositions. Les réalisations peuvent être un vecteur important valorisant les innovations locales vu par l'ensemble des partenaires.
Un document vidéo peut expliquer en quelques minutes ce qu'un dossier écrit, même bien ficelé, va avoir du mal à relater.
De plus, en s'appuyant sur les forces vives d'un territoire, en les faisant travailler en réseaux et en créant une émulation positive tout les thèmes touchant au social (appropriation des TIC, culture, environnement...) permettent d'établir un débat démocratique et peuvent être utilisés et intégrés dans le cadre des démarches d'agenda 21 ; une communication participative qui ne vise pas qu'à informer, distraire, ou instruire (mission de l'audiovisuel public) mais qui agit au service de la démocratie locale, du développement local, des droits de l'homme et de la promotion de la personne.
L'audiovisuel n'est pas une finalité en soi mais un outil supplémentaire au service des citoyens et des territoires.


L'OEUVRE

Un projet d’éducation citoyenne et culturelle :

Nous avons comme volonté par ce projet de permettre aux jeunes du territoire de comprendre et s’approprier l’histoire des camps à partir de l’ouverture du Mémorial du Camp des Milles, et de créer un objet culturel pluridisciplinaire autour de la mémoire et des actes de résistance qui pour certains se sont manifestés à travers la création artistique.

Il s’agit de mener un travail de création artistique avec la Compagnie Mémoires Vives qui interviendra dans le cadre d’une résidence et d’ateliers pédagogiques. La Compagnie proposera de travailler en lien avec les acteurs locaux, pour qu’il y ait essaimage de la démarche et que le projet puisse continuer de vivre au-delà de l’année 2013.

Pour cela, nous souhaitons sensibiliser le public à travers des pratiques artistiques et de créations individuelles et/ou collectives croisant de multiples approches : danse, musique, théâtre, graff, vidéo,… dans une démarche participative, active et citoyenne.


L’association Street Arts assurera l’initiation à la danse Hip Hop – Break et l’association Projet 21 assurera l’initiation au graff : elles proposeront une collaboration de leurs modes d’expression autour de l’apprentissage de chorégraphies et de techniques d’expression graphique. Le groupe de graffeurs travaillera en complémentarité du groupe de danseurs, en créant par exemple les décors des spectacles, respectant l’atmosphère inspirée du site originel (couleur brique, inspiration des peintures murales des artistes internés, graffitis et messages encore lisibles). Les créations seront valorisées par une représentation.

L’association "Les Films du Papillon" assurera les créations vidéo intégrées au projet.

L’association O2Zone.tv assurera la diffusion et la visibilité des créations. Ce média participatif visible sur le net assurera un lien numérique (licence libre de droits) qui permettra de diffuser les évènements et les étapes du projet.

Ces professionnels œuvreront communément pour une manifestation conclusive sur le site du "Camp des Milles" en partenariat avec la Fondation.

Par ailleurs, ce projet pourrait être un outil au service d’un travail avec des lycéens et leurs professeurs, en lien avec les établissements scolaires partenaires. Il s’agira de mobiliser le corps enseignant, notamment les professeurs d’Histoire, en vue de développer une dimension pédagogique et éducative auprès des collégiens et lycéens.


LE CONTEXTE PAR RAPPORT A IPM

Le village des Milles est souvent le témoin privilégié de manifestations du souvenir. En effet, ancien camp de détention, de rétention, d’internement puis de départ vers la déportation durant la Deuxième Guerre Mondiale, ce lieu abrite le « Mémorial du Camp des Milles » qui vient d’être inauguré officiellement le 10 septembre 2012. Le projet du Mémorial du Camp des Milles se veut innovant et réflexif, il se donne pour objectif non seulement de porter un projet de mémorial, mais il comporte également un volet sur les mécanismes qui ont conduit de la discrimination à l’extermination, ainsi qu’une présentation des génocides reconnus ou non : Rwanda, Arménie, Bosnie, tsiganes (avec une évocation du camp de Saliers à Arles).

"C’est aujourd’hui la France -ses institutions et sa société civile- qui se rassemble autour d’une telle mémoire. D’une mémoire qui peut ancrer fortement nos valeurs humanistes sur un socle vécu de souffrance et de courage, au camp des Milles en particulier. Un lieu-témoin prend ici le relais des témoins et montre jusqu’où peut mener le non respect de ces valeurs, dans un monde où l’antisémitisme et le racisme creusent de nouveaux chemins qui menacent gravement le vivre ensemble.
Un lieu de mémoire est un ancrage fort des représentations collectives. Ce lieu apporte ainsi sa contribution éthique à une perte de repères consécutive aux crises et surtout aux déstabilisations idéologiques et pratiques provoquées par la puissance technologique qui progresse plus vite que la capacité humaine à l’encadrer, comme par l’émergence bouleversante d’un village planétaire dont les habitants se découvrent dans des échanges fructueux, mais aussi dans de terribles crispations identitaires et sur un terreau d’injustices sociales et souvent d’inculture".

Alain Chouraqui, Inauguration de la Fondation du Camp des Milles, 10 septembre 2012.


L'AGENDA

• Septembre à Décembre 2012 : ingénierie de projet (lancement, réunion-rencontre, mise en place du planning d’intervention,...)
- Septembre 2012 :
. 10 septembre : inauguration de la Fondation du Camp des Milles.
. Rencontre avec Yan Gilg (Compagnie Mémoires Vives) et Badra Delhoum (DRJSCS Paca).
- Octobre 2012 :
. Groupe de travail avec les artistes locaux associés.
. Rencontre avec l’équipe de la Fondation du Camp des Milles.
- Novembre 2012 :
. 19 novembre : groupe de travail avec les artistes associés, Yan Gilg
. 20 novembre : groupe de travail avec Yan Gilg et la Fondation du Camp des Milles
- Décembre 2012 : Groupe de pilotage (rencontre avec les partenaires).

• Janvier à Juin 2013 : Appropriations artistiques avec le public (rencontres, ateliers, stages thématiques,...)

• Début Juillet 2013 : Pré-Générale

• Fin Juillet 2013 : Représentation


LA FICHE TECHNIQUE

Porteur du projet : Centre socio-culturel Jean-Paul Coste.
Partenaire associé : La Fondation du Camp des Milles.
Direction artistique : Yan Gilg (Compagnie Mémoires Vives).
Artistes principaux associés : Nicolas Dumont (Street Arts), Diego Konichekis (Projet 21), Agnès Maury (Les Films du Papillon).
Média associé : o2zone Tv (média citoyen participatif).
Créations vidéos : Compagnie Mémoires Vives et Les Films du Papillon.
Coordination : Audrey Moine et Cindy Renaudie (Centre socio-culturel Jean-Paul Coste).
Soutiens déjà obtenus : DRJSCS Paca et DRAC Paca dans le cadre du programme "Identités, Parcours & Mémoire".
Soutiens sollicités en attente de réponse : Région Paca, Marseille-Provence 2013.


LES CONTACTS

Centre socio-culturel Jean-Paul Coste
217 Avenue Jean-Paul Coste
13100 Aix-en-Provence
T. 04 42 27 32 96
www.cscjeanpaulcoste.com
contact@cscjeanpaulcoste.com

Référents du projet :
Audrey Moine : 06 34 12 47 56 / amoine@cscjeanpaulcoste.com
Cindy Renaudie : 06 34 12 65 55 / crenaudie@cscjeanpaulcoste.com


Mémoires, cultures et transmissions
Le temps des sirènes
Récits de femmes âgées immigrées sur leurs parcours et leurs histoires
Danse dans ma ville
Ma ville vue de mes souvenirs
Géographies d'une histoire
Récits des îles de lune
Mains de femmes
Vous avez des clichés sur les Roms ?
Les géants de papier, Mémoires en culture

Accueil | Présentation | Projets | Catalogue | Actualité | Médiathèque | Portraits | Ressources | Séminaire | Liens | Contacts | Mentions légales