Les héritages culturels régionaux via les formes artistiques

Les héritages culturels régionaux via les formes artistiques
Les spectateurs - 5.7 Ko

Projets 2011

LIEUX FICTIFS [ Audiovisuel ]

Les spectateurs

LES AUTEURS

Dominique COMTAT
Réalisateur cinéma et vidéo, technicien et enseignant du cinéma. Après un diplôme à l’École Supérieure des Arts Visuels de Genève en section cinéma-vidéo, il enseigne le cinéma dans cette école de 1988 à 2001. Depuis, il s’installe en région Paca où, outre la réalisation de ses propres films, il mène des ateliers de réalisations dans des centres culturels, MJC, en milieu scolaire, au centre pénitentiaire des Baumettes, ceci en relation avec les associations Lieux-Fictifs, Imagie, l’Institut de l’image.
Ses films ont obtenus des distinctions (Primes d’étude, Prix central film à Soleure, prix du Fonds pour la recherche de la Société Suisse des Auteurs) et ont été diffusés à la Télévision Suisse Romande ainsi que dans de nombreux festivals internationaux (Fest Int de Rotterdam ; Cinéma du réel, Paris ; Festival de Locarno ; Hiroshima int. film festival ; Festival Int du film documentaire, "visions du réel", Nyon ; Festival Int. du film d'animation, Varna ; Free art, New-York ; Rencontres int. Paris-Berlin ; "Videoformes", Clermont-Ferrand ; Les Instants Video ; etc.)
dominique-comtat.com

Joseph CESARINI
Diplômé de l’école des Beaux-arts de Marseille. Il découvre l’univers carcéral en 1987 et réalise son premier film sur le tatouage en prison : Tatoo cage. En 1991, il collabore à la réalisation du film De jour comme de nuit de Renaud Victor, long métrage sur la vie quotidienne des détenus. Il fonde avec Caroline Caccavale Lieux Fictifs, laboratoire de recherche cinématographique et créent ensemble les Ateliers Cinématographiques à la prison des Baumettes, où ils développent de nouvelles formes d’écriture et de création partagées avec des personnes détenues. Il réalise dans ce contexte deux courts métrages Mon Ange avec Adel B. et La Vraie Vie avec Aziz B. Coréalise avec Jimmy Glasberg 9m2 pour deux, expérience cinématographique menée avec un groupe de personnes détenues. Il en sortira une série pour Arte et un long métrage pour le cinéma, ainsi qu’une installation vidéo. Parallèlement, il fonde le Centre Méditerranéen de la Photographie à Bastia et poursuit un travail cinématographique en Corse sur l’insularité. Il réalise Les cousins de Barbaggio, et I Paceri, à la recherche des faiseurs de paix. Il coréalise avec Alain Dufau Paroles sur Images, un film documentaire et RDA, film issue d’un atelier d’écriture dirigé par l’écrivain Ricardo Montserrat, avec des adolescents en difficultés. Depuis 2009 il développe avec Caroline Caccavale, Jeanne Poitevin, Maxime Carasso, un groupe de personnes détenues et un groupe de personnes à l’extérieur dans la ville, un projet à partir du texte Dans la solitude des champs de coton de BM. Koltès. La finalité de cette expérience cinématographique est la réalisation d’une œuvre visuelle et sonore qui sera présentée lors de l’événement Marseille-Provence 2013, Capitale européenne de la culture.


L'OEUVRE

Depuis 2009, Lieux Fictifs a initié un projet de création et de coopération européenne entre la prison et la société : Frontières, dedans-dehors. Ce projet est né du désir de construire un dialogue dans la société, entre différents territoires et publics : des groupes intégrés (le dedans) et des groupes en marge (le dehors).
Dans une société toujours plus morcelée et individualiste, ce projet permet à des professionnels et des amateurs d’explorer ensemble cette notion de frontière dans toutes ses dimensions, visibles et invisibles : frontières géographiques, sociales, culturelles, générationnelles, professionnelles... Apprendre, créer et partager ce qui nous sépare, comme ce qui nous réunit. Comment la rencontre des singularités et des histoires de chacun peut-elle constituer une identité commune ? Qu'avons-nous à partager ?

Depuis deux ans, Lieux Fictifs a développé dans le cadre de ce projet un atelier de création partagée image et archive, "Les Spectateurs – Des images en mémoire, des images en miroir", mené par différents réalisateurs avec des groupes de participants, à la fois avec des personnes détenues au sein des Ateliers de Formation et de Création Visuelle et Sonore menés par Lieux Fictifs au Centre pénitentiaire de Marseille, mais aussi à l’extérieur, avec différents publics (étudiants, lycéens, adultes en insertion). L’objectif est la réalisation de courts-métrages à partir d’images d’archives fournies par l’Institut National de l’Audiovisuel (INA), coproducteur du projet engagé dans une valorisation du patrimoine audiovisuel national à des fins éducatives et culturelles. Des temps de rencontre ont été organisés entre ces différents publics, contribuant à la concrétisation d’un dialogue interculturel à travers l’image.

Lieux Fictifs souhaite aujourd’hui mener un atelier de création partagée "Les Spectateurs" avec des résidents du foyer Adoma Pierre Leca, situé dans le quartier de la Belle de Mai à Marseille, c'est-à-dire en majorité avec d’anciens travailleurs migrants venus seuls en France. L’objectif est de les amener, avec l’accompagnement des  réalisateurs Dominique Comtat et Joseph Césarini, à construire à travers ces images d’archives des liens et des possibilités d’identification à l’histoire, de se mettre en mouvement, mais aussi de créer un dialogue avec des cultures et milieux sociaux différents. A partir d’un questionnement collectif et individuel sur les images d’archives, qui constituent une mémoire commune, les participants seront amenés à s’interroger sur leur identité et mémoire, et à transmettre leur témoignage à travers la réalisation de courts métrages. Comment les archives interrogent-t-elles la mémoire ? Comment la mémoire interroge-t-elle les archives ?

À partir de la matière des images d’archives, sélectionnées par les réalisateurs sous forme d’un corpus commun, les participants, accompagnés par D.Comtat et J. Césarini, participeront à la création de courts-métrages, d’une durée maximum de 6 minutes, qui aborderont le thème de la représentation de la frontière :
- Migrations, exils, voyages
- Petites histoires et grande Histoire : un mot, un incident, un personnage, une période historique. Comment la trajectoire individuelle rejoint-elle ou se sépare-t-elle de la trajectoire collective ?
- Frontières invisibles, etc.

LE CONTEXTE PAR RAPPORT A IPM

L’atelier "Les Spectateurs", et plus globalement le projet "Frontières, dedans-dehors" dont il est issue, réponds à certaines problématiques : la difficulté de créer du lien social et la complexité pour les individus de se construire une histoire et de trouver leur place dans la société, en particulier pour les personnes en situation d’isolement ou d’exclusion.
Ces constats se vérifient d’autant plus pour les résidents du foyer Adoma Pierre Leca, qui sont en majorité des personnes vieillissantes et isolées, anciens travailleurs migrants originaires de pays du Maghreb venus seuls en France, ayant une identité et un parcours de vie partagés entre deux pays, et des difficultés à trouver leur place dans la société française et dans celle de leur pays d’origine.

Le travail de mémoire ne peut s’effectuer sans support ni accompagnement. Les archives de l’INA constituent à ce titre une matière à partir de laquelle il est possible de mettre en travail la mémoire individuelle, mais aussi collective.
Travailler à la réalisation de films à partir d'images d'archives, c'est accompagner les participants de l'atelier à s'interroger sur les notions de mémoire, d'identité, de frontière, de communauté, de biographie personnelle ou encore d'histoire collective.
Du côté du cinéma, le regard, la place du spectateur, le montage, le détournement d'images, la mise en récit seront des aspects à questionner en permanence dans le processus créatif :
- Quel regard je porte sur les images d'archives ?
- Comment ces images font écho à ma propre histoire ?
Les résidents du foyer Adoma participant à l’atelier seront amenés dans ce projet à construire une parole et à écrire un récit à partir de ces images. Ils seront accompagnés dans un processus d’introspection sur leur propre histoire, dans laquelle la notion de « frontière » est souvent prégnante.

D’autres ateliers étant menés en parallèle avec d’autres participants, travaillant avec le même corpus d’images d’archives, des rencontres seront organisées au cours du processus de création entre les résidents du foyer et les étudiants en cinéma de l’Université d’Aix-en-Provence participant aux ateliers "Les Spectateurs", afin de permettre à chacun de percevoir le processus de dialogue interculturel et intergénérationnel dans lequel ils sont impliqués. Lors de ces rencontres, les participants percevront la multiplicité et la singularité des courts métrages qui peuvent être réalisés à partir du même corpus d’images d’archives, ces films constituant un témoignage de la diversité culturelle à l’œuvre dans le projet, mais aussi l’affirmation de la participation de chacun à la mémoire commune. Cela leur permettra de prendre conscience de leurs capacités de créations. Enfin, en échangeant avec d’autres participants impliqués sur le même projet, les résidents du foyer seront acteurs d’un processus de construction de lien social et seront des passeurs de mémoire.

L'AGENDA

- Novembre 2011 : Démarrage de l’atelier - premiers contacts entre les participants résidents du foyer Adoma et les réalisateurs intervenants

- Décembre 2011 à mars 2012 : Phase de réalisation, au rythme d’une journée par semaine : prise de parole des participants et confrontation aux archives, construction des projets de montage, échanges entre les participants et les intervenants sur les choix d’images, de montage, la bande son, rencontre avec les étudiants en cinéma d’Aix-en-Provence.
En parallèle, sur la même durée, phase de montage des courts-métrages par les réalisateurs, en parallèle des temps d’intervention, puis finalisation des films.

- Juin 2012 : Première restitution des créations – présentation des courts-métrages créés par les participants résidents du foyer Adoma, dans le foyer, puis à l’Université d’Aix-en-Provence, où seront présentés à la fois les courts métrages réalisés par les résidents du foyer Adoma et par les étudiants en cinéma, en présence de tous ces participants.

- Du 20 au 22 juin 2012 : Colloque national "Quelles actions autour de la création artistique avec les publics sous main de justice ? Spectacle vivant, arts plastiques et cinéma" à La Friche La Belle de Mai (Marseille)

- 13 au 30 juin 2013 : Diffusion finale des créations issues de cet atelier
• Présentation de l’exposition vidéographique "Les Spectateurs" composée d’une sélection de courts-métrages réalisés dans les différents ateliers "Les Spectateurs" menés par Lieux Fictifs et ses partenaires en France et en Europe de 2009 à 2013, dont ceux créés par les résidents du foyer Adoma, dans le cadre de l’évènement "Frontières, dedans-dehors" organisé par Lieux Fictifs dans le cadre de Marseille-Provence, Capitale européenne de la culture.
• Organisation d’une conférence européenne sur les expériences de création artistique partagée, dans le cadre de l’évènement "Frontières, dedans-dehors", à laquelle seront conviés tous les participants des ateliers "Les Spectateurs", dont les résidents du foyer Adoma, pour témoigner de leur expérience.


LA FICHE TECHNIQUE

Réalisation de 8 à 10 courts métrages d’une durée de 6 minutes maximum, en format DVD et DV CAM, à travers un processus de création partagée entre les deux réalisateurs et les participants résidants du foyer Adoma Pierre Leca.
Ces courts métrages existeront indépendamment, et constitueront aussi une partie de l’exposition vidéographique  "Les Spectateurs, des images en mémoire, des images en miroir", composée des courts métrages réalisés de 2009 à 2013 par les différents participants des ateliers "Les Spectateurs". Cette exposition sera proposée en 2013 à Marseille lors de l’évènement "Frontières, dedans-dehors" organisé par Lieux Fictifs dans le cadre de Marseille-Provence 2013, Capitale européenne de la culture. 


LES CONTACTS

Lieux Fictifs
Friche La Belle de Mai
41 Rue Jobin
13003 Marseille
T. 04 95 04 96 37
F. 04 91 11 04 72
www.lieuxfictifs.org
contact@lieuxfictifs.org

Si j'étais Jorge... ?
Récits d'hospitalité de l'Hôtel du Nord
La Ciotat, déesse plurielle
La route à traverser
Décennies Banlieue
Envol
L'alphabet des oubliés
Les spectateurs
D'une rive à l'autre, écriture(s) intime(s)
Terres arbitraires

Accueil | Présentation | Projets | Catalogue | Actualité | Médiathèque | Portraits | Ressources | Séminaire | Liens | Contacts | Mentions légales