Les héritages culturels régionaux via les formes artistiques

Les héritages culturels régionaux via les formes artistiques
D'une rive à l'autre, écriture(s) intime(s) - 5.6 Ko

Projets 2011

TRAVERSE(E)S NOMADE(S) - Marseille [ Spectacle vivant ]

D'une rive à l'autre, écriture(s) intime(s)

L'AUTEUR

La compagnie Traversée(s) Nomade(s) propose, depuis sa création en 2006, des espaces de recherche et de création  où se croisent des artistes, qu’ils viennent de l’univers du théâtre, de la danse, de la musique, du chant, de la photographie, de la vidéo, des arts plastiques. La plupart des créations de la compagnie s’appuient sur les écritures du réel et s’élaborent à partir de la parole des personnes conviées aux projets qu’elle développe et sont construites en lien avec elles. Dans la volonté d’un théâtre citoyen ancré dans le réel autour de questions art/société, préoccupé par des enjeux de mixité sociale et culturelle.
La recherche et les créations de la compagnie sont aujourd’hui résolument tournées vers l’enfance et l’adolescence.
Avec les enfants, elle s’interroge autour du thème de « grandir » et elle monte différentes formes, actuellement en diffusion, Hansel et Gretel.
Avec les adolescents, la compagnie propose des créations, écrites à partir de leur parole, et interprétées par des comédiens professionnels. Elle mène aussi des actions culturelles (ateliers, laboratoires..) que ce soit dans les murs des établissements qu’ils fréquentent ou hors les murs. Ces actions se font toujours en lien et/ou en écho avec sa recherche artistique et ses créations,
En 2008, elle met en place une correspondance entre des lycéens issus de milieux sociaux et culturels différents, les uns fréquentant un lycée d’enseignement général, les autres, un lycée professionnel. De la matière qu’elle récolte, elle écrit et met en scène Correspondance(s), interprétée par deux comédiens professionnels, qui se joue en juin et en octobre 2008 à La Cité, maison de théâtre à Marseille. Un recueil de cette expérience est édité (Editions du réel) et témoigne de ce travail. 

En 2009, elle met en scène Correspondance(s) #2, création qu’elle écrit cette fois à partir d’échanges et de correspondances entre 40 lycéens de 4 établissements différents à Marseille, de paroles de professeurs, de recherches sur les différents espaces scolaires. Cette création est interprétée par deux comédiens professionnels et jouée à La Cité, maison de théâtre en juin 2009.
En 2009, également, elle décide de pousser sa recherche autour de cette parole adolescente et met en place une troupe avec des adolescents reflétant la diversité culturelle de la ville, issus des quartiers Nord & Sud avec lesquels Karine Fourcy, metteur en scène, choisit de s’interroger sur le regard qu’ils portent sur les adultes, sur la société, le monde. Une aventure dans laquelle elle convie d’autres artistes (chorégraphe, vidéaste, et photographe). Une création découle de ce travail, Le(s) pas comme un(s), interprétée par les adolescents eux-mêmes, qui se joue en juillet 2009, en avril 2010, et octobre 2010 à la Cité, maison de théâtre, en mars 2011à l’Espace Julien.  Un projet soutenu par La Cité, maison de théâtre et par le dispositif "IDENTITES, PARCOURS & MEMOIRE", protocole commun à la Drac et à la DRJSCS.
Face au succès rencontré par cette aventure, et à nouveau en partenariat avec La Cité, maison de théâtre, le chantier de réflexion et de création partagée « Frontière(s) » voit le jour à la rentrée 2010. Une nouvelle troupe mixte et plurielle se constitue autour de ce thème. Une présentation d’étape de travail a lieu le 15 octobre 2011 à La Cité, maison de théâtre. Le travail autour de ce thème se poursuivra sur l’année 2012.

Fin 2010, la compagnie, sous l’impulsion de Karine Fourcy, et en cohérence avec ses questionnements autour de l’adolescent, adulte en devenir, et de sa démarche artistique, met en place un nouveau projet de création, cette fois entre Marseille et Alexandrie : D’une rive à l’autre, écriture(s) intime(s)… Là, elle souhaite s’interroger autour de l’adolescence au féminin, au travers du regard de jeunes filles, les unes vivant à Marseille, les autres à Alexandrie et mettre ainsi en écho les mémoires passées et à venir de ces deux villes.

Partenaires et soutiens
La Cité, maison de théâtre, le WIP Villette, Zinc, pôle culture multimédia, La Friche, Le théâtre de la Minoterie, Le lycée Périer et le lycée Edmond Rostand, Centre l’Agora 14è, Dispositif Identité Parcours Mémoire, protocole commun à la DRJSCS et à la DRAC, Institut Français/Ville de Marseille, Institut Français d’Egypte à Alexandrie, Le Centre Culturel et chorégraphique Rezo Danse à Alexandrie, l’association Caritas à Alexandrie, les lycées francophones d’Alexandrie, particulièrement le lycée Girard et Mère de Dieu.


L'OEUVRE

D’une rive à l’autre, écriture(s) intime(s) est un projet de création mettant en lien Marseille et Alexandrie au travers de paroles de jeunes adolescentes. Une écriture théâtrale mêlant le texte, l'image et le son à partir de différentes sources : autobiographiques, interviews individuelles et collectives, correspondances entre elles, ateliers d’écriture et via le blog « ecrituresintimes », recherches photographiques et sonores…
Il s’agit, dans ce projet, et pour Karine Fourcy, de poursuivre son questionnement autour de l’adolescence et du monde en interrogeant aujourd’hui la jeune fille, femme en devenir, de part et d’autre de la méditerranée. D’écouter et de faire entendre ce qu’elle a à dire, de sonder le personnel et l’intime et son regard sur le monde, de continuer de poser la question de la différence, de l’altérité. Se poser la question de l’être aussi, celle de la rencontre, de l'échange, de la frontière, de la mémoire…
Une écriture en fragment, qui s’est construite en allers/retours entre les deux rives. Une invitation au voyage, au cœur et au creux de l'adolescence au féminin, avec ses joies, ses élans, ses désirs, ses peurs, ses ambivalences, ses mystères et ses silences. Un voyage au cœur de la féminité et de sa liberté de part et d’autre.
Une mise en scène qui nous parlera de la façon dont on grandit et de comment on se contruit quand on est une jeune femme ici et là-bas, du rapport au masculin, de l’ouverture sur le monde, des rêves propres à chacune ou communs... Qui  nous plongera dans l’univers des deux villes, de ces deux sociétés, orientales et occidentales, qui évoluent face à face, de chaque coté de la mer méditerannée. Et du poids de l’histoire en marche, de mondes en bouleversements, en révolutions.
Des confidences livrées à la première personne, des témoignages singuliers, des vies qui se dévoilent, des paroles qui se confrontent, s’entrechoquent, se pertubent et des histoires qui se conjuguent enfin au féminin pluriel. Une mise en perspective de nos perceptions, de nos regards respectifs entre l’orient et l’occident, de notre compréhension de l’autre. Un voyage entre les deux rives.


© Brice Gaubert


LE CONTEXTE PAR RAPPORT A IPM

> Proposer une plateforme de création et d’échange à des adolescentes issues de cultures et de milieux sociaux différents, des quartiers nord et des quartiers sud de Marseille et de différents quartiers à Alexandrie. Ce projet doit agir telle une tribune et permettre à ces jeunes femmes en devenir de dire leur point de vue, d’où elles viennent et où elles se projettent, de façon individuelle et collective. Il se propose ainsi d’ouvrir de nouveaux espaces de dialogue entre des jeunes filles de part et d’autre de la Méditerranée, entre l’orient et l’occident, mais aussi au sein même de leurs communautés et villes d’origine, tenant compte des diversités intrinsèques à chaque territoire.

> Leur proposer une démarche de co-construction avec les artistes associés au projet (metteur en scène, comédien, auteur, photographe, chorégraphe…) qui transmettent et partagent leur savoir-faire, insufflent exigence et engagement. Dans une volonté de création participative et partagée. Les jeunes femmes sont co-auteurs de cette parole et participent pleinement au déroulement du processus artistique.

> Favoriser la construction du vivre ensemble à partir des richesses et des individualités de chacun. Les adolescentes font ensemble, en tâtonnements et en dévoilements, l’expérience d’une parole qui donnera naissance à un texte théâtral que deux comédiennes professionnelles interprèteront sur scène et qui se confrontera à un public. Elles seront présentes tout au long du processus de création.

> Proposer un espace de rencontre autre que dans la confrontation le plus souvent violente ou bien l’ignorance qui caractérise les échanges entre des jeunes issues de territoires ainsi que d’origines ethniques et sociales variées et qui n’ont que très rarement  l’occasion de se rencontrer. Construire un autre regard sur l’autre.

> Proposer à chacune un travail sur la mémoire individuelle et collective. Issues de cultures et de milieux sociaux différents, chacune porte en elle le témoignage et la mémoire de là d’où elle vient, que ce soit sa culture, son quartier, son milieu social. Elles sont aussi élèves dans différents établissements de la ville, d’enseignements généraux ou professionnels, publics ou privés. Adolescentes d’aujourd’hui et adultes du monde de demain, elles sont les vecteurs de la mixité sociale et culturelle.

> Créer enfin une passerelle entre les deux rives, entre ces deux villes ports, riches de leur(s) histoire(s) passée(s) et à venir et y associer les différentes institutions socio-éducatives et culturelles partenaires du projet.


L'AGENDA

- Janvier  à juin 2011 : Mise en correspondance des jeunes filles. Rencontres et échanges de l’équipe artistique avec les jeunes filles à Marseille et à Alexandrie. Ateliers d'écriture. Interviews. Mise en place du blog "Ecrituresintimes".
- Juin 2011 : Mise en voix et première installation photographique à l'Institut Français d'Egypte à Alexandrie ; Mise en voix et installation photographique au lycée Périer, à Marseille.
- Octobre/Novembre 2011 : rencontres et interviews à Marseille et à Alexandrie.
- Décembre 2011 : Résidence au théâtre de la Minoterie. Présentation le 9 décembre 2011 à La Cité, maison de théâtre.
- Février 2012 : Résidence au WIP (Work in Progress) Villette, Paris. Présentation le 17 février 2012.
- Mars 2012 : Résidence aux Bancs Publics, Marseille. Présentation les 23 et 24 mars 2012 dans le cadre de la Biennale des Ecritures du réel, organisée par la Cité, maison de théâtre.
- Juin 2012 : Résidence et présentation à l’Institut Français d’Egypte à Alexandrie.


LA FICHE TECHNIQUE

Conception, écriture et mise en scène : Karine Fourcy
Jeu : Maude Buinoud et Fatma Mosleh
Création photographique : Brice Gaubert
Création sonore : Rosen Koev
Création lumière : Yann Loric


LES CONTACTS

Compagnie Traversée(s) nomade(s)
La Maison Jaune – Grino
Avenue Alexis Breysse
13009 Marseille
06 98 76 88 66
traversees.nomades@gmail.com
Blog : traverseesnomades.com/ecrituresintimes


Si j'étais Jorge... ?
Récits d'hospitalité de l'Hôtel du Nord
La Ciotat, déesse plurielle
La route à traverser
Décennies Banlieue
Envol
L'alphabet des oubliés
Les spectateurs
D'une rive à l'autre, écriture(s) intime(s)
Terres arbitraires

Accueil | Présentation | Projets | Catalogue | Actualité | Médiathèque | Portraits | Ressources | Séminaire | Liens | Contacts | Mentions légales