Les héritages culturels régionaux via les formes artistiques

Les héritages culturels régionaux via les formes artistiques
Sur les traces des bâtisseurs - 10.0 Ko

Projets 2008

L'ENTRE-PONT - NICE [ Spectacle vivant - Photographie ]

Sur les traces des bâtisseurs

L'AUTEUR

couverturelivre.jpgL’Entre-Pont, lieu de résidence et de création consacré aux arts du spectacle (théâtre, danse, arts de la rue et du cirque, musique, multimédia), est géré par 3 associations – Diva (danse, musique, multimédia), Divine Quincaillerie (arts de la rue) et Le Grain de sable (théâtre).
Il met gratuitement à disposition de plus de 30 compagnies professionnelles par an des espaces de travail pour leur travail de création. Depuis 2008, l’Entre-Pont a mis en place un dispositif d’accompagnement artistique, technique et administratif à destination de 4 projets de création choisis par un comité de sélection regroupant une dizaine de programmateurs des Alpes-Maritimes.
L’originalité de l’Entre-Pont est d’associer à un lieu professionnel de création artistique un lieu de vie pour le quartier grâce à sa vitrine multimédia – le Hublot –, à des ateliers de pratique artistique à destination des habitants et à une tradition d’action culturelle dans les quartiers populaires de Saint-Roch et de l’Ariane.

Le projet «  Sur les traces des bâtisseurs » est plus particulièrement porté par Jacques Laurent, metteur en scène et directeur artistique du Grain de sable.


L'OEUVRE

© CE Spada - 33 Ko

© CE Spada

« Sur les traces des bâtisseurs », projet protéiforme et pluridisciplinaire, propose la mise en mémoire de la halle Spada, un des derniers vestiges du patrimoine industriel niçois autour de trois axes principaux :
- la collecte de témoignages d'ouvriers de l'entreprise de travaux publics qui a occupé la halle d'avril 1960 à la fin des années 1990 qui aboutira à la création d’un fonds d’archives sur la mémoire ouvrière et industrielle du lieu
- l'organisation d'un événementiel artistique in situ, le 14 avril 2010, permettant une visite de la halle ouverte au public avec une scénographie, mise en lumière et en son à même de proposer un écrin aux témoignages recueillis, témoignages que se seront réappropriés les artistes, actuels résidents du lieu
- une publication mêlant regards d'artistes et parcours historique de l'entreprise et de ses ouvriers.

En parallèle de ces trois temps forts de recherche et de création artistique, la création d’un blog permettra de voir l’évolution du projet. A la fois vitrine du travail en cours et interface de travail entre les différents protagonistes (dépôt d’archives, appel à témoignages, journal de bord etc.), il permettra également le jour de l’événementiel de démultiplier la visibilité de l’ouverture de la halle au public. Par essence éphémère, cette journée d’interventions artistiques in situ sera archivée « en direct » (sans le filtre du montage) et constituera en tant que tel une trace du projet."

Quatre objectifs principaux sous-tendent ce projet :
- reconstituer la mémoire ouvrière et industrielle de la halle Spada et aboutir à la constitution d’un fonds d’archives écrites et audiovisuelles (exposition photographique, blog, édition d’un livre-DVD)
- partir de l’immigration de la famille Spada (immigration italienne) puis des vagues successives d’immigration dans le secteur du bâtiment (Maghreb, Comores, Cap Vert etc.) pour reconstituer l’histoire d’une humanité en mouvement à Nice
- inventer de nouvelles formes d’occupation de ce patrimoine industriel niçois par les artistes, nouveaux occupants de la halle Spada depuis avril 2005
- proposer une relecture de l’histoire de ce lieu, une passerelle entre la mémoire industrielle et de la halle et l’avenir en friche artistique et culturelle.

Témoigner de la mémoire industrielle du lieu et de ses ouvriers et percevoir la place des ouvriers immigrés et les différentes origines de cette immigration tout en inventant de nouvelles formes d’occupation de ce patrimoine, dernier vestige d’un patrimoine industriel à Nice.
Protéger et valoriser ce patrimoine industriel constitué tant par le bâti que par la mémoire de ses anciens occupants. Recueillir des témoignages vivants pour reconstituer l’organisation du travail, les solidarités en œuvre, les conditions de travail, les ressentis etc.
Partir du vivant pour une mise en image et en texte de ce patrimoine industriel par les artistes.

Il s’agira également, au-delà du travail de mémoire, d’impliquer les artistes résidant sur ce lieu (comédiens, danseurs, circassiens, plasticiens, musiciens, vidéastes etc.). Ils seront le vecteur permettant la transfiguration poétique et imaginaire du lieu, la passerelle entre mémoire ouvrière et industrielle du lieu et son actualité artistique et culturelle.

Ainsi le bâti et le vécu trouveront un éclairage pertinent avec l’appropriation du lieu, de son histoire et de son architecture particulière par les artistes, nouveaux résidents de cet espace, la scénographie de la performance in situ étant étroitement liée à l’architecture du lieu en utilisant au maximum les anciens éléments restants (ponts roulants, fosses, passerelles).

Note d’intention artistique de Jacques Laurent, directeur du projet.

LE CONTEXTE PAR RAPPORT A IPM

© CE Spada - 29 Ko

© CE Spada

Locataires d’espaces de création situés dans la halle Spada depuis avril 2004, les compagnies gestionnaires de l’Entre-Pont (Diva, Divine Quincaillerie et Le Grain de sable) avaient l’idée, depuis leur installation dans ce lieu, de faire un événement artistique sur et dans la halle Spada. Aussi la motivation première de ce projet est-elle la mise en mémoire de la halle Spada, un des derniers vestiges du patrimoine industriel niçois qui fête les 50 ans de sa construction (inauguration en avril 1960).

Des entrepôts de l’entreprise de travaux publics Spada…

Inaugurés en 1960, les locaux de l’entreprise Spada se présentent comme une énorme construction (15 000 m2) en bordure de l’avenue Séméria dans le quartier Saint-Roch à Nice Est. L’architecte Honoré Toscan a imaginé une très vaste halle en béton armé recouvert par une charpente métallique avec des parties translucides. C’était la zone d’évolution des camions, la zone périphérique étant le siège d’installations statiques : graissage, lavage et entretien des camions. Le bâtiment est entièrement en béton armé, brut de décoffrage; la façade présente une esthétique soignée avec ses nervures verticales, ses bandeaux en retrait et ses panneaux en alliage.

… à l’Entre-Pont, lieu de création et de résidence spectacle vivant.

Bâtiment acquis par la Ville de Nice en 1999, la halle accueille depuis 2004 des ateliers d’artistes plasticiens et l’Entre-Pont. Lieu de résidence et de création consacré aux arts du spectacle (théâtre, danse, arts de la rue et du cirque, musique, multimédia), l’Entre-Pont occupe 1 100 m2 au sein de la halle Spada (salles de répétitions, espace multimédia, bureaux, salle de réunion, lieux de stockage, atelier de construction).
Bien que la halle ait fait l’objet de plusieurs études et propositions de réaménagement, une très grande partie de ce bâtiment – dont les 10 000 m2 de la halle centrale – reste inexploitée. L’Entre-Pont défend pour ce lieu un projet de réhabilitation d’un patrimoine industriel en espace de création, d’actions et de diffusions artistiques autour de 5 pôles : spectacle vivant, arts plastiques, cinéma et audiovisuel, musiques actuelles et arts numériques.


L'AGENDA

Affiche Exposition Spada - 29 Ko

Affiche Exposition Spada

> été 2008 / été 2009 : collecte des témoignages par Robert Matthey, photographe-vidéaste & restitutions publiques régulières des témoignages recueillis.
Le point d’entrée du projet est les ouvriers. La recherche d’acteurs de l’histoire ouvrière de Spada sera mise en résonance avec l’histoire de l’immigration à Nice. En effet, de nombreux immigrés ont travaillé ou travaillent encore dans le secteur du bâtiment dont le meilleur exemple nous concernant est Jean Spada, immigré du Piémont italien et fondateur de l’une des plus importantes entreprises du BTP de la Côte d’Azur.
Ainsi en partant de l’histoire de la famille Spada pour retracer l’histoire de l’immigration italienne et par extension des vagues successives d’immigration dans le bâtiment (maghrébine, capverdienne, comorienne etc.), se dessinera l’histoire d’une humanité en mouvement à Nice et le témoignage de la mémoire ouvrière de la halle Spada, en lien avec le quartier Saint-Roch où beaucoup de ces familles se sont installées.
Les témoignages des ouvriers seront axés tant sur leur histoire que sur l’histoire de l’entreprise (organisation et conditions de travail, solidarités, syndicat, comité d’entreprise, perception des immigrés dans l’entreprise etc.).
Ce travail de collectage permettra de glaner des traces, de récolter des fragments de la mémoire ouvrière du lieu et de ses anciens occupants. Pourra se faire également par cette entremise la protection et valorisation du patrimoine industriel que constitue la halle Spada.

>
14 novembre 2008 : 1ère restitution publique des témoignages et des archives photos recueillis.

> 24 novembre 2008 : présentation du projet à la Rencontre Régionale en Paca de la CNHI "Les Lieux de Mémoire de l'immigration" (Marseille).

> 08 avril 2009 : 2ème restitution publique des témoignages et des archives photos recueillis.

> 30 juin 2009 : 3ème restitution publique.

> 19 septembre 2009 : table ronde "La halle Spada, lieu de mémoire de l'immigration à Nice" dans le cadre de l'opération "10 lieux, 10 événements" mise en place par la Cité Nationale del'Histoire de l'Immigration à l'occasion des Journées Européennes du Patrimoine 2009.

> 26 septembre 2009 : présentation du projet dans le cadre du forum multimédia de « Place sur le net », événement public sur la place Saint Roch (Nice Est) organisé par Le Hublot.

> 23 octobre 2009 : 4ème restitution publique.

> automne 2009 / printemps 2010 : conception artistique de l'événementiel.

> 6 avril 2010 : tables rondes ou un autre regard sur les témoignages

Afin de proposer une lecture historique des archives recueillies, complémentaire de celle proposée par les artistes, deux tables rondes, organisées en partenariat avec Yvan Gastaut, maître de conférences à l'Université de Nice Sophia-Antipolis, seront organisées autour des thématiques "Spada, un des bâtisseurs de la Côte d'Azur" et "Etre ouvrier chez Spada".
Interviendront, entre autres, au cours de ces tables rondes plusieurs historiens des universités d'Aix-Marseille & Nice Sophia-Antipolis (Ralph Schor, Stéphane Mourlane, Xavier Daumalin, Rhiad Ben Khalifa, Michaël Petijean, Stéphane Kroenenberger), des anciens ouvriers de l'entreprise, des artistes de l'Entre-Pont, des représentants des Archives Municipales et Départementales, Suzanne Nucéra et Henry Dardel.



> 14 avril 2010 : événementiel artistique in situ
Afin de faire le lien avec la mémoire industrielle du lieu et le devenir en friche artistique et culturelle, un événementiel sera organisé dans la halle impliquant artistes et anciens ouvriers sous forme d’un parcours déambulatoire proposé plusieurs fois tout au long du week-end.
Il s’agira d’explorer le lieu et de proposer différentes interventions artistiques dédiées à la mise en valeur et à la mémoire du lieu par la projection de témoignages, la mise en espace et en lumière de l’architecture industrielle spécifique (ponts roulants, passerelles, fosses), la sonorisation de l’espace et les interventions artistiques des artistes travaillant dans la halle. Ces derniers s’approprieront également les témoignages recueillis pour en proposer une relecture imaginaire et poétique permettant ainsi la mise en place d’une passerelle entre le passé industriel du lieu et l’actualité tournée vers l’artistique.

L'événementiel sera construit à la manière d'un entre-sort géant : un sas d'entrée (salles d'exposition) et un parcours guidé dans la halle (7 tableaux vivants et des installations plastiques et photographiques). Avant ou après la visite guidée, le public pourra visiter les trois salles d'exposition proposant une exposition photographique, la projection d'un documentaire et des installations multimédia et plastique mettant en lumière les archives collectées. 

> Du 18 juin au 18 septembre 2010 : exposition photo "Sur les traces des bâtisseurs"
Caisse d'Epargne - 6 Place Masséna Nice [du mardi au samedi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h (sauf samedi après-midi)]
Exposition photo des portraits couleurs pris par Robert Matthey lors de la collecte des témoignages d'ouvriers et dirigeants de l'entreprise Jean Spada

> 2010 - 2011 : édition livre-DVD
Le but du collectage des témoignages ouvriers est de constituer un fonds d’archives sonores et audiovisuelles sur un terrain peu connu de l’histoire niçoise. Grâce au partenariat avec Yvan Gastaut, une étude scientifique de ces archives collectées pourra être faite en complémentarité de la vision proposée par les artistes. Ainsi une pluralité de lectures pourra se croiser et permettre l'édition d'une publication originale mêlant parcours d'artistes et parcours historique de l'entreprise et de ses ouvriers.


LES CONTACTS

L’Entre-Pont, lieu de création et de résidence spectacle vivant
16 rue de Roquebillière
06300 Nice
T. 04 93 31 33 72
contact@entrepont.net
www.entrepont.net
http://memoirehallespada.over-blog.com

"Sur les traces des bâtisseurs" est soutenu par le projet "Identités, Parcours, Mémoire", protocole commun à la DRAC PACA et l'Acsé PACA dans le cadre de "2008, Année européenne du dialogue interculturel".

Avec le soutien financier du Conseil Régional PACA et de la Ville de Nice dans le cadre du 150° anniversaire du rattachement du Comté de Nice à la France.

En partenariat avec le comité d’entreprise de l'entreprise Jean Spada, Le Hublot, la Cie Divine Quincaillerie, la Cie Le Grain de sable, la Cité Nationale de l'Histoire de l'Immigration, le Réseau pour l'Histoire et la Mémoire des Immigrations et des Territoires en PACA, Yvan Gastaut et le Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine.

Coordination artistique : Vanessa Clément et Jacques Laurent
Photographe - vidéaste : Robert Matthey - Paradoxe
Graphisme : Jean-Claude Fraicher - Paradoxe
Montage vidéo & documentaire : Philippe Maurin
Coordination technique : Thierry Hett
Régie : Frédéric Piraino

Artiste multimédia : Frédéric Alemany
Artiste numérique : Xavier Dubourdieu
Comédiens : Frédéric de Goldfiem, Eve Lafarge et Paul Laurent
Circassiens : Laurent Barattero et Sarah Michel
Clown : Olivier Debos
Danseurs : Michaël Allibert, Eliezer DiBritto, Alicia Malialin, Delphine Pouilly et Sandra Rivière
Musiciens : Philippe Chirico et Johanna Piraino

Et les propositions des plasticiens des ateliers Spada : Bruno Mendonça et Olivier Roche - In Situ Corpo

Photos : © CE Spada
Graphiste : Jean-Claude Fraicher


Pièces de mémoire. Théâtre, culture et immigration
Nous ne nous étions jamais rencontrés
Sur la route de Petrouchka
De la rue de la République
Sur les traces des bâtisseurs
Tu peux être la personne que tu veux
Terra Cognita

Accueil | Présentation | Projets | Catalogue | Actualité | Médiathèque | Portraits | Ressources | Séminaire | Liens | Contacts | Mentions légales