Les héritages culturels régionaux via les formes artistiques

Les héritages culturels régionaux via les formes artistiques
Identités, Parcours & Mémoire - 5.7 Ko

Projets 2001

GALERIE ARTENA - Marseille [ Audiovisuel ]

Identités, Parcours & Mémoire

L'AUTEUR

Artena © Artena - 8.4 Ko

Artena © Artena

Artena est un lieu d'art contemporain installé rue Sainte à Marseille depuis 2001.
Ce lieu est marqué par un travail en direction des artistes et un autre en direction des publics; l'objectif étant que chacun bénéficie de la spécificité de l'autre.
La politique d'expositions est un équilibre entre les expositions collectives et personnelles -de jeunes artistes et des artistes plus confirmés- des artistes français et étrangers.
Annuellement, sont proposées 6 à 7 expositions dans la galerie et 4 à 5 autres pour des entreprises.
Ces critères sont une base de travail facilement modulable en fonction de centres d'intérêts, de rencontres qui déterminent la programmation d'une année.
Avec certains artistes, un travail ponctuel est envisagé alors qu'avec d'autres se construit un travail sur du long terme.

Les thématiques développées ont fait de 2002 l'année qui aura accueilli le plus grand nombre d'artistes étrangers. Ces artistes habitent majoritairement les pays du bassin méditerranéen.
En dehors des expositions et de la consultation des livres d'artistes, ouvertes à tous, les adhérents bénéficient :
- des conférences, des conversations, des visites d'ateliers d'artistes, des concerts,
- des interventions artistiques pour des entreprises,
- de l'utilisation de matériel informatique pour des artistes et des adhérents,
- des résidences d'artistes étrangers,
- des projets s'adressant à un large public sur les thèmes de l'identité et de la mémoire. Des artistes intervenants amènent les participants à des réalisations plastiques. Le projet "Identité, Parcours & Mémoire" entre dans ce type d'action.

En tant que prestataire de service, nous organisons sur ces thématiques, colloques et expositions avec des universitaires et artistes régionaux comme internationaux.
Nous passons ponctuellement commande à des artistes étrangers sur un sujet précis, le travail est réalisé au cours d'une résidence.


L'OEUVRE

Une série de photo-montage réalisé par Danielle,<br>pour la famille italienne <br>© Artena - 28 Ko

Une série de photo-montage réalisé par Danielle,
pour la famille italienne
© Artena

L'idée de départ est de faire exprimer une famille maghrébine, une famille harki, une famille pied-noir sur le départ d'un pays vers un autre.
Que sélectionne la mémoire familiale ou celle d'un de ses membres ?
Quel parcours pour être aujourd'hui à Marseille ?
Comment se construit l'identité ?

La mise en place a été longue et laborieuse. Nous avons utilisé plusieurs techniques pour contacter des familles éventuellement intéressées : réseau associatif, contacts personnels, courrier, réunions de groupe.
Après ces différentes démarches, nous avons dénombré 26 familles intéressées. Au moment de l'engagement, beaucoup se désistaient. Nous avions le sentiment de remuer des blessures enfouies. Ce sont les générations des enfants qui se sont attelés au projet.
Trois familles étaient prévues, ces participants ont demandé à la directrice de l'association d'origine pied-noir de participer au même titre qu'eux.
Cette participation acceptée, la situation s'est débloquée.
Deux adhérentes de l'association, d'origine italienne et corse, ont demandé de participer à ce projet qui soulevait des questions qu'elles s'étaient posées sur leur famille.

Une fois accepté, le projet a touché 6 familles dont la réflexion s'est concrétisée par des réalisations plastiques sous la responsabilité des plasticiens intervenants, Chantal Viroulaud (intervenante principale), Nicolas Pilard (secteur informatique), Hervé Nahon (vidéo), Sabine (stagiaire école des Beaux-Arts) :

- 1 famille maghrébine : un livre d'une trentaine de pages uniquement avec des images et des espaces blancs qu'elle investira plus tard, par l'écriture.

- 1 famille harki : un film vidéo de quelques minutes qui reprend les questions du fils à son père.

- 2 familles pied noir
huit cadres qui constituent un arbre généalogique
un livre pour enfants conçu comme un porte-cartes, chaque histoire est une fiche. Le dialogue s'instaure entre la narratrice et une petite fille qui pose des questions.

- 1 famille italienne : une série de photo-montages

- 1 famille corse : un miroir-fenêtre derrière des volets. Des photos sont collées à l'intérieur de chaque volet, suivant leur ouverture, on voit plus ou moins les photos se refléter dans le miroir.


LE CONTEXTE PAR RAPPORT A IPM

Un livre réalisé par Nouria,<br> pour la famille maghrébine<br> © Artena - 11 Ko

Un livre réalisé par Nouria,
pour la famille maghrébine
© Artena

La thématique de l'année 2001 était "des regards sur Marseille"; celle de 2002 pour l'ensemble des activités de l'association, "le parcours" qu'il soit d'ordre politique, artistique, personnel...
L'appel à projet "Identité, Parcours & Mémoire" nous a permis de concrétiser et de faire bénéficier le public comme les artistes de nos différentes expériences autour d'un projet spécifique.
Ce projet nous a permis une fois de plus de mesurer la force du non-dit. Il a été difficile de parler de l'idée que les uns se faisaient de la communauté de l'histoire des autres. D'ailleurs, certaines questions restent en suspend.

Les deux réalisations sélectionnées sur cette page web témoignent de l'hétérogénéité de notre public et de l'ouverture qu'elle permet :
- Danièle, issue d'une famille italienne, a pu avec recul, évoquer les difficultés d'intégration de sa famille et relier cette situation à celle des familles de plus récente immigration.
- Nouria a su mettre en synergie l'histoire de sa famille, son savoir-faire professionnel et le soutien des plasticiens intervenants. Ceci lui a permis dans son atelier de reliure ancienne, de proposer "des cahiers à personnaliser" sur le modèle de celui, conçu au cours du projet.

Étant sollicité pour participer à l'Année de l'Algérie, il nous est apparu impossible d'organiser une exposition autour d'un artiste algérien sans aborder d'une façon ou d'une autre le non-dit que nous vivons au quotidien sur l'Algérie.
La problématique abordée lors du projet "Identité, Parcours & Mémoire" étant présente dans l'ensemble de nos interventions, nous avons en 2002 réalisé un Almanach à propos de l'année de l'Algérie. Nous avons constaté lors de ce projet que les mots les plus simples sont difficiles à prononcer, de peur de blesser, de peur d'être mal compris, de peur aussi d'exprimer une douleur.
Le projet de l'Almanach s'est construit autour de l'idée-force d'aller à la rencontre de salariés, d'étudiants ou de personnes en formation. Il nous semble important, d'utiliser les contacts établis avec des entreprises, à l'occasion d'évènements culturels ou d'expositions pour construire un projet avec les salariés de ces entreprises.
Notre objectif d'atteindre le monde de l'entreprise pour trouver des débouchés professionnels aux plasticiens se trouve ici en parallèle avec notre souci de diffuser l'art dans l'entreprise. En mettant en place ce projet, nous répondons à notre objectif premier qui est de mettre en synergie le public, le monde de l'art contemporain et le monde de l'entreprise.

"2003, année de l'Algérie en France" a eu pour principe de faire collecter par des artistes, des adhérents de l'association, des partenaires associatifs des mots, des impressions, autour de l'Algérie pour les réunir dans un almanach.
Symbolisant une année, ce recueil se compose de 80 feuilles détachables, style éphéméride. Chaque page est consacrée à la réponse d'une ou plusieurs personnes. La division de l'année en mois, semaines, est suggérée mais jamais clairement énoncée, chacun en tient compte ou non.
Nous avons sollicité douze artistes, chacun d'entre eux a proposé un dessin, une gravure, une image numérique, facilement reproductible. Chaque dessin marque symboliquement le début d'un mois.
Les trois couleurs du drapeau algérien sont reprises dans le choix des papiers : blanc-vert-rouge.
Le format est étudié pour être facilement rangé dans une poche : 11 x 7 x 1,30 cm

Les questions posées sont au nombre de deux (celles concernant l'identité sont facultatives ) Exemple : Nicolas (28 ans, né à Lyon, médiateur culturel) : Je vais dire un mot, vous me répondez par un seul mot, vous pouvez prendre le temps de réfléchir, mais vous n'avez droit qu'à un seul mot. Je dis Algérie
La réponse obtenue devient le mot-clef, dans ce cas : ALGER
Maintenant, vous réfléchissez, toujours à propos de l'Algérie, j'enregistre ce que vous avez envie de dire, de raconter dans n'importe quel domaine, que ce soit vrai ou inventé.
Réponse obtenue : L'histoire de ma grand-mère paysanne analphabète polonaise qui a immigré en 1838 en Algérie et qui s'est métamorphosée en pied noir Algéroise.
Peu de personnes ont répondu sans réfléchir. Nous avons été d'une fidélité scrupuleuse, seules les fautes d'orthographe ont été corrigées.

Les objectifs de cet almanach sont clairs, chaque page est destinée à être offerte pour induire des conversations autour de l'Algérie :
- donner la parole, garder une trace de ces prises de paroles en produisant un recueil qui est remis gratuitement : ce moment privilégié est l'occasion d'échanges entre les différents participants. La parole d'un instant sera propagée grâce à la conception du recueil. Chaque participant aura l'occasion de choisir la feuille qu'il va offrir. Ce geste oblige a prendre en compte l'écrit, mais aussi la personne qui est en face de nous. L'idée que nous nous faisons de ce qu'elle peut penser. C'est à notre avis le moyen de s'exprimer sur l'Algérie et d'attirer l'attention sur toutes les manifestations qui vont se dérouler en France à cette occasion.
- il est en outre important pour nous d'aller au-devant du public du monde du travail et de la formation avec des outils autres que ceux de la production artistique. Ce projet est né des réactions du public sur un sujet aussi intense que l'Algérie.


L'AGENDA

* de septembre à décembre 2001: quatre mois ont été nécessaires pour stabiliser un groupe. Alors que nous envisagions le projet complet sur 4 à 5 mois, il aura duré de septembre 2001 à juillet 2002, à savoir 11 mois.
* de septembre 2001 à janvier 2002: pendant plusieurs séances, seul un travail individuel a été possible. Ce temps fut celui de la parole, des hésitations, des tentatives dans différentes directions.
* de janvier à mars 2002: nous avons progressivement donné rendez-vous à tous, en même temps. La présence de trois à quatre accompagnateurs a permis un contact "à la carte".
* en avril 2002: spontanément les uns ont cherché à savoir ce que les autres faisaient, le pourquoi des recherches sur internet. La découverte des photos de famille finit par briser les réticences.
* de mai à juillet 2002 : les trois derniers mois peuvent être qualifiés de véritable échanges, d'interférences entre les acteurs des différents projets et surtout les connaissances communes, les événements politiques ou festifs qui unissent les différentes personnes.
L'ébauche de certaines réalisations a été une véritable émulation pour ceux qui avançaient moins vite.
Le rythme des séances s'est avéré aléatoire, entre une à trois fois par semaine.
Arrivent des interruptions d'une quinzaine de jours avec uniquement un message téléphonique pour dire l'empêchement.
* date de présentation du projet : Le 23 juillet 2002, journée festive, repas, collation, musique... La journée de présentation publique est du fait des participants. Ils veulent que leurs paroles, souvent dites au travers des images, soient un exemple des relations possibles.
* 23 au 27 juillet 2002 : Exposition

* août 2002 à janvier 2003 : almanach
* 9 mai 2003 : intervention d'Artena au centre social Saint-Gabriel (Marseille)
Le centre social Saint-Gabriel a demandé à l'association Artena sa collaboration lors de l'accueil d'un groupe de femmes algériennes, Artena propose une demie-journée de réflexion sur l'Algérie à partir des thèmes les plus souvent abordés lors de l'élaboration de l'almanach (histoire - économie).
"Histoire et histoires de l'Algérie" : intervention de Mr Jean Robert Henri, directeur de recherche au CNRS.
"Quelques réalités socio-économiques de l'Algérie actuelle" : intervention de Mr Ali Bensaad, maître de conférence en géographie à l'université de Provence, chercheur à l'IREMAM à Aix-en-Provence
* 2004 : "mémoires de femmes" visible sur http://perso.wanadoo.fr/artena


LA FICHE TECHNIQUE

L'exposition s'est terminée le 27 juillet 2002.

Suite à la réalisation de l'almanach "2003, année de l'Algérie en France", les personnes-relais nous informent régulièrement des conversations et débats qui s'organisent autour de la distribution des almanachs. Les conversations sont plus fructueuses qu'au moment de la réalisation, le public est particulièrement touché par le retour concret de leur participation.

Ainsi, l'association Artena cherche toujours des financements pour organiser avec des structures associatives et des centres sociaux, des colloques au cours desquels, interviennent des universitaires pour aborder avec recul des sujets qui, dans le cadre familial ou communautaire, ne dépassent pas le ton passionnel ou le silence. (cf. intervention du 9 mai 2003 au Centre Social Saint-Gabriel).


LES CONTACTS

Artena
http://perso.orange.fr/artena


Retraite
De l'autre côté de la mer
Parole des pierres
Le radeau de la méduse
Hôtel de l'avenir
Mémoires croisées d'Algérie
La Maison de Mariata
Identités, Parcours & Mémoire
La mémoire de l'Ariane
Migrations/Blues

Accueil | Présentation | Projets | Catalogue | Actualité | Médiathèque | Portraits | Ressources | Séminaire | Liens | Contacts | Mentions légales