Les héritages culturels régionaux via les formes artistiques

Les héritages culturels régionaux via les formes artistiques
SER e ESTAR : Mémoires lusophones 2008 - 5.6 Ko

Projets 2006

IDENTITÉS NOUVELLES - Aix-en-Provence [ Audiovisuel ]

SER e ESTAR : Mémoires lusophones 2008

L'AUTEUR

:: Projet initialement dénommé Histoire(s) ::

L'association Identités Nouvelles est née en 1993 suite à la réalisation d'un projet s'articulant avec la photographie et mêlant une enquête et des actions autours de questions relatives à l'immigration portugaise dans le sud de la France. Depuis divers projets ont été menés et l'action s'est élargie aux champs artistiques contemporains à travers échanges et expositions d'artistes.

En 1982, Carlos Casteleira termine des études d'optique motivé par une attirance vers la photographie.
En 1992, il réalise un travail photographique sur la communauté portugaise de la région.
Interrogeant les histoires de l’immigration, il explore avec la photographie les milieux portugais puis cap verdiens et brésiliens de la région.
Scrutant les mémoires individuelles et collectives, il entreprend des voyages en Afrique et au Cap-Vert puis au Brésil en 1998 et au Mozambique en 2002...
Il travaille aujourd’hui comme enseignant à l’École Supérieure d’Art d’Aix-en-Provence et s’intéresse au documentaire de création.
La production d’expositions et d’échanges entre France et pays lusophones constituent l’autre pôle de son activité.
Motivé par une double dimension historique (celle des cultures "métissées" issues des premiers échanges mondialisés des XVème et XVIème siècles d’une part et le mouvement migratoire du Portugal vers la France dans les années 60 d'autre part), il travaille à la réalisation d’un documentaire sur la communauté artistique de la ville de Recife (Brésil)...


L'OEUVRE

Marie, Susana et Pedro... sont venus du Portugal. Ils sont artistes plasticiens ou cinéaste, arrivés en France dans les années 60-70 ou plus récemment.

Chacun a suivi son propre parcours, de Paris, Clermont-Ferrand, Picardie ou d'ailleurs, tous sont arrivés un jour en Provence.
Dans l'appartement, quelques traces (objet, photographies...) de vies passées, subsistent.

Ils nous parlent de leur parcours et de leur travail, d'objets  et  de  lieux de mémoire. Ils nous livrent quelques souvenirs et un peu de leur histoire de vie.

Comment vivent-ils cette mémoire au quotidien ?  Celle-ci influence-t-elle leur travail ?
Comment ?

Nous proposons de les accompagner dans un va-et-vient entre parole et  images, un voyage dans la géographie des objets et des lieux d'enfance, dans la mémoire des lieux, des sons et des paysages de l'adolescence... on abolit le temps... on se rappelle... on invente un travail, une démarche, une œuvre, une histoire, une vie.

Le film est expérimental dans sa forme, dans la façon dont  images, sons, photographies et parole s'entremêlent.
Les cadences et le rythme évoquent l'entrelacement du passé et du présent, des lieux et des histoires, interrogeant ainsi l'idée de mémoire.
À travers les portraits de ces  artistes et leur parcours, c'est la trajectoire de chacun que je souhaite interroger.


LE CONTEXTE PAR RAPPORT A IPM

Lors de la réalisation du projet  photographique  qui a donné lieu à la publication du livre SER e ESTAR (Ed. Créaphis) en 1992, j'ai rencontré de nombreuses familles portugaise.

Qu'en est-il 15 ans plus tard ? Comment a évolué leur rapport aux pays d'accueil et d'origine?

Cette opération avait donné lieu à la publication du livre SER E ESTAR incluant des contributions de Michel Drain (géographe), Émile Témime (historien), Edouardo Lourenço (écrivain et critique littéraire), Michel Poinard, Marie Antoinette Hily et Michel Oriol (sociologues).  

Je souhaite solliciter à nouveau ceux-ci sur la relation qu'entretiens la mémoire avec le paysage, la géographie, l'histoire, l'appartenance...


L'AGENDA

I - Pré production : (6 mois de janvier à juin 2008)

Recherche des locaux de tournage ;
Choix définitif des portraits emblématiques ;
Scénario ;
Recherche des financements complémentaires ;
Début des contacts institutionnels avec les pouvoirs publics et sociétés privées pour soutien à la post-production et diffusion;
Planification des prises de vues ;
Chronogramme des prises de vues ;
Définition des contrats de l'équipe ;
Définition des locations d'équipements ;
Achat de matériel sensible ;
Définition du transport et alimentation.

II - Production : (3 mois de juillet à septembre 2008)

Déplacement de l'équipe sur les lieux des prises de vues ;
Tournage et interviews, conformément au plan des prises de vues et à la grille des questions définies;
Tournages imprévus ;
Restitution des équipements loués ;
Bande son.

III – Post production : (3 mois d’octobre à décembre 2008)

Visionnage et identification du matériel capté ;
Sélection du matériel de pré édition ;
Classification du matériel ;
Édition ;
Édition du Son ;
Mixage ;
Titres et légendes ;
Photos Still : sélection et copie ;
Illustration et programmation visuelle du matériel graphique ;
Communication dans les lieux publics ;
Divulgation dans des radios, journaux, télés et Internet ;
Lancement du documentaire ;
Rapport final et bilan financier ;
Distribution dans les festivals nationaux et internationaux, télés éducatives et libres.


LA FICHE TECHNIQUE

OBJECTIF GÉNÉRAL DU PROJET
• Production d’un documentaire 52 mn ("Histoire(s)"), HDV (portraits emblématiques interrogeant la mémoire à travers vidéo et documents collectés).
• Distribution pour diffusion dans des festivals nationaux et internationaux.

OBJECTIF SPÉCIFIQUE DU PROJET
• Permettre  au  public  d’appréhender  certaines  réalités  liées  à la mémoire et au multiculturalisme.
• Donner une continuité à la production cinématographique traitant ces questions.
• Diffusion du documentaire dans des écoles, universités et autres institutions.
• Participation à des festivals  de cinéma nationaux et internationaux.
• Diffusion sur des canaux de télés éducatives et télés libres.

PUBLIC CIBLÉ
Nous souhaitons atteindre un public varié à travers divers réseaux de diffusion. Festivals nationaux et internationaux, télés libres et éducatives...

ESTIMATION DU PUBLIC
Nous estimons atteindre un large public dans des festivals nationaux et internationaux, divulgation sur Internet, diffusion sur télé libre et câblée et télés régionales. 
Nombre de spectateurs estimés : 100 000 à 200 000.


LES CONTACTS ET LES MENTIONS DE COPYRIGHT

"Identités nouvelles : laboratoire d’un futur patrimoine" - association culturelle
4 Rue Germain Nouveau
13090 Aix-en-Provence
www.identitesnouvelles.com
inasso@wanadoo.fr
T. 04 42 29 78 60
Carlos Casteleira - M. 06 62 36 39 50

© Pour les textes et les images : identités nouvelles / carlos casteleira.


AILLEURS SUR LE SITE

Immigration comorienne : une mémoire sonore
Le hammam dévoilé
SER e ESTAR : Mémoires lusophones 2008
Sacs et Ressacs
Comores Zanzibar
Mémoire Mienne
Chroniques migrantes
Boras ou berceuses comoriennes
Médée Vertiges
Mémoires d'images, empreintes magiciennes, écritures figurées

Accueil | Présentation | Projets | Catalogue | Actualité | Médiathèque | Portraits | Ressources | Séminaire | Liens | Contacts | Mentions légales