Les héritages culturels régionaux via les formes artistiques

Les héritages culturels régionaux via les formes artistiques
À l'insue - 5.0 Ko

Projets 2007

PRÉCIPITÉ - Artignosc-sur-Verdon (Haut-Var) [ Edition - Photographie ]

À l'insue

L'AUTEUR

L'ASSOCIATION PRÉCIPITÉ

Précipité est une association créée le 18 février 2003, par trois artistes (Arno Calleja, Claire Collin et Laure Maternati) quittant Marseille pour s'installer à Artignosc-sur-Verdon dans le Haut-Var. Elle se fonde sur un désir de soutenir la création actuelle, en termes de production, diffusion et promotion, et plus particulièrement dans le champ des arts plastiques et de la littérature. Elle est aujourd'hui menée par Claire Colin-Collin et Laure Maternati, entourées de Pom Bouvier B, Isabelle Planche et Dorothée Volut.

Précipité : corps solide qui se forme dans un liquide par un processus appelé précipitation.
On se précipite, et on est précipité - dans l’urgence de faire exister des formes qui nous font vivre.

Depuis sa création, Précipité édite, sous le nom "leséditionsprécipitées", des petits livres et des disques de textes lus par leurs auteurs. Des livres minces : textes inédits, dessins, carnets, images, chantiers, trucs pas saisis encore, pas à point tout-à-fait ou tout-à-fait au point, qui parlent de comment on fait ce qu’on fait pour vivre comme on vit.

Précipité organise des lectures publiques de ces ouvrages, les vend en librairie et lors de salons de petite édition. Parce que les artistes sont des êtres vivants et les lecteurs vivants aussi et les spectateurs vivants aussi et les autres vivants aussi. Il s’agit de créer des rencontres entre des oeuvres fragiles, en train de se faire, et des gens animés par la curiosité, la nécessité et le désir de les recevoir.

Éditer des livres qui nous font du bien c’est-à-dire qui nous nourrissent l’existence.

On fabrique ces livres en photocopie, avec nos mains et nos compétences. Et une agrafeuse récupérée de la faillite d’une boutique de photocopies. Et nos tares, c’est-à-dire nos qualités, par exemple l’obsession du papier, de la confection, de la quatrième vitesse, de ramasser les pierres, de bailler aux corneilles et caetera.

Pour chaque texte est travaillée une mise en page spécifique, en dialogue avec l'auteur. Nous la concevons comme partie prenante du texte. De format 14 x 19 centimètres, photocopiés sur papier cyclus 90 grammes et 170 grammes à 50, 100 ou 150 exemplaires - jusqu’à ce jour - pliés, agrafés ou cousus et numérotés par nos soins et ceux des auteur.e.s.

On fait ce qu’on peut pour respecter notre désir. On n’est pas éditeur, on est toujours artiste et c’est à partir de là qu’on édite. Il s’agit de se rendre autonome d’un système d’édition dont les enjeux ne sont pas les nôtres; de prendre cette liberté de choisir et de rendre public ce que nous estimons.

Notre curiosité se porte sur des choses de personnes vivantes, des personnes qui en ce moment-même se débattent avec leur création. Qui font des trucs qui nous éveillent, qui nous semblent importants, par exemple parce que c’est une parole dont on manquait sans le savoir. Par exemple parce que ça nous semble révéler une attitude symptomatique de nous, d’un nous qui se cherche, d’un nous qu’on se cherche. Par exemple parce que ça nous donne de l’énergie poétique pour continuer. Par exemple parce que ça nous fait péter de rire. Parce que ça nous étonne, que ça nous échappe.

leséditionsprécipitées ont publié :
- jean-clair bonnel : pintor (2003) / pintor - dans le CD non non non (2004) / theme (2005).
- arno calleja : aujourd’hui, vous savez (2003) / dans (2003) / merci d’accélérer (2003) / quelqu’un cherche (2003) / tout le monomonde monologue (2003) / la chanson - dans le CD non non non (2004).
- emy chauveau : une vie de maupassant (2005).
- claire colin-collin : 24 dessins (2003) / là où je pense (2003).
- sarah kéryna : les miettes (2007).
- corinne lovera vitali : tout ce que je veux (2006).
- laure maternati : la collection lente (2003) / remontée mécanique la remontée mécanique - dans le CD non non non (2004).
- dorothée volut : comme tous les enfants (2007) version allemande astrid büchler.
- claire warren : des montagnes, des souris et des machines (2005).


L'
ÉQUIPE DU PROJET
à l’insue

Enquête et collecte : Laure Maternati et Bat Sheva Papillon.
Textes, photographies, conception et réalisation graphique : Laure Maternati.
Entretiens, conception et réalisation sonore : Bat Sheva Papillon.

> LAURE MATERNATI :
Artiste plasticienne, poète.
Elle a, entre autres, créé à Marseille, avec Martine Derain, Numéro, revue murale d’affiches d’artistes. Elle a réalisé et mis en page la revue café verre depuis le numéro 13. Elle travaille plus particulièrement sur les questions de commémoration dans l’espace public et a réalisé plusieurs œuvres - objets, processus, installations, actions - autour de la transmission des mémoires individuelles et collectives. Lors son installation à Artignosc-sur-Verdon, fin 2002, elle commence à penser à un recueil de photographies de famille des habitants de ce village, prémices de cette publication à l’insue.

> BAT SHEVA PAPILLON :
Documentariste son.
Elle travaille notamment à faire exister les paroles de l’immigration. Elle est l’auteure d’une longue série documentaire radiophonique autour de l’immigration en Sambre-Avesnois (Nord). Pour le bureau d’études Vérès, elle a réalisé plusieurs études sur l’immigration en France. Elle travaille également sur des questions de genre et de santé et anime l’association marseillaise Tirésias (recherches et interventions sur le genre et la sexualité).


L'OEUVRE

© Précipité - Tryptique - 15 Ko

© Précipité - Tryptique

"Avant, non, je n’écrivais pas. Je ne pouvais pas écrire, y’avait rien qui sortait de ma bouche. Parce que j’avais un complexe au niveau de la langue, parce que c’est la langue du peuple, c’est la langue qui marque mal. J’écrivais, mais comme une colonisée, c'est-à-dire en essayant de bien parler le françoué, la langue d’Oil, et ma langue c’est la langue d’Oc. Et à Naples l’année dernière, je me suis mis à écrire l’italien, alors que je ne connais pas l’italien, il ne m’a pas été appris, ni transmis. J’ai refusé d’apprendre, parce que j’aurais pu apprendre l’Italien au lycée, j’étais en langues, mais j’ai pris le latin en première langue, l’espagnol en deuxième langue et l’anglais en troisième langue. Et j’ai refusé d’apprendre l’italien parce que pour moi c’était une langue dégueulasse, via justement ma belle-mère, qui est la caricature de la belle-mère, la belle-mère langue de vipère, la langue de vipère c’était la langue italienne pour moi. C’est super tarabiscoté parce que cette langue, en fait la langue de mes trois quarts, des trois quarts de mes origines, c’était la langue de vipère, c’était la mauvaise mère quoi finalement. Et c’est violent parce que je n’ai pas pu la mettre dans ma bouche cette langue, alors que c’est ma langue d’aise, c’est la langue de ma tête, c’est la langue de ma culture, c’est la langue qui bouge avec la pensée. Donc le français finalement, j’essayais d’écrire bien français, une espèce d’admiration pour les grands classiques, les constructions à la Malraux, mais bon, j’étais complètement maladroite. J’ai toujours écrit, mais très secrètement, très timidement. Et là, avec ce geste…"
Extrait d’entretien avec Laure Maternati.

> Qui est l’insue ?

Célina Giraudo, l’arrière grand-mère maternelle de Laure Maternati, née à Cotignac en 1869, décédée à Marseille en 1947.

Ce projet s'origine dans le constat d'une rupture de transmission survenue entre Laure Maternati et ses aïeules d’origine italienne et corse. A partir de ce constat, et de celui des difficultés à vivre engendrées par cette rupture, nous partons en quête de la mémoire de Célina Giraudo, pour l'élargir à celle d'autres femmes immigrées, ou d'origine immigrée, vivant aujourd'hui dans le Haut-var.

Quête et enquête donc, au gré des rencontres, pour, petit à petit, retrouver la trace de ces femmes, et à travers elles, celle de leurs ancêtres. Faire appel à leur mémoire, à leur sensibilité, et dire leurs vécus, à notre façon, avec la photographie, avec la parole, avec l’écrit. Une démarche buissonière, braconnière. Une navigation subjective, poétique, géographique, politique. Pas pour l’hommage, pas pour mettre la mémoire en conserve, mais pour savoir, comprendre comment elles ont vécu, parce qu’on en a besoin pour vivre ici et maintenant.

Cette collecte de récits de vie et de photographies constituera la matière première d’un travail d’écriture et de création sonore, qui aboutira à un livre-CD publié par l'association Précipité.

> Donner corps à la mémoire des femmes


Cette publication sera composée d'un livre de textes et de photographies et d'un CD audio. Bat Sheva Papillon interviewera des femmes, puis Laure Maternati collectera auprès d’elles des photographies : portraits, photos de vacances, photos de familles, paysages… On demandera aux femmes de nous prêter certaines de ces photos, on les choisira ensemble, pour leur beauté, leur charge émotionnelle et leur sens dans l’histoire de la personne. Les photos seront scannées puis rendues à leurs propriétaires. Laure Maternati pourra aussi réaliser elle-même des images. Son écriture poétique s’inspirera des ces rencontres, de ces photos, et de ces interviews. Le CD proposera une création sonore à partir de la matière des témoignages recueillis. Images, textes et sons se mettront en place progressivement, conjointement, sans rapport d’illustration, mais en résonance les uns avec les autres.

> Les lieux

Le Haut-Var : au sud du lac de Sainte-Croix, dans un périmètre compris entre La Verdière à l’ouest, Artignosc-sur-Verdon au nord, Aups à l’est et Cotignac au sud. Il s’agit d’une zone rurale qui a connu de forts mouvements de populations, et une intense histoire politique et religieuse.


LE CONTEXTE PAR RAPPORT A IPM

Le Var est un département de forte immigration. Les Italiens, notamment, ont largement contribué à son peuplement. Et parmi eux, beaucoup de femmes. Leur histoire n’est pas spectaculaire ; elle est restée familiale. Parce que la rupture de la mémoire conduit à une impossibilité à vivre pleinement, il nous paraît nécessaire de travailler sur cette mémoire des migrations.

Il s’agit donc de faire vivre la mémoire des femmes et des migrations dans le Haut-Var, et de connecter cette mémoire aux mouvements contemporains : les bouleversements du travail, l’expansion des villages, la transition de ces territoires vers le tourisme, l’installation de nouveaux venus d’Europe du Nord... Et d’interroger ce qui se joue, aujourd’hui, dans ces nouveaux rapports Nord/Sud.

L’enquête elle-même fera vivre, en les explorant, ces relations entre passé et présent, entre terres d’immigration et terres d’émigration. Et nos propositions artistiques feront voyager ces histoires, dans le Haut-Var et au-delà.


L'AGENDA

A l'insue - 28 Ko

A l'insue

• novembre 2007 - septembre 2008 : enquête et collecte des paroles et des photographies.
• printemps-automne 2008 : écriture, conception graphique et sonore.
> samedi 4 Octobre 2008 à 18h : rencontre autour de A l'insue à La Tannerie 254 ancienne route de Brignoles 83760 Barjols, Var.
• novembre 2008 : réalisation graphique et sonore.
• décembre 2008 : fabrication (impression du livre et gravure du CD) et présentation publique.
16 octobre 2009 : rencontre-lecture-écoute autour de l'édition à l'insue à la compagnie 9 rue Francis de Pressensé 13001 Marseille
17 juillet 2010 à 18h : présentation, écoute et dédicace de la publication "à l'insue" à la librairie “Les mains libres” (7 rue Victor Hugo 83690 Salernes - 04 94 84 38 78)


LA FICHE TECHNIQUE

(estimations)
tirage prévu : 800 exemplaires
prix de vente : 19 euros

le livre
format 170 x 240 mm
112 pages
recto : quadri
verso : 1 couleur
papier offset-mat 100g/m2
dos carré collé

le disque
durée 65 minutes
une pièce sonore composée d’extraits d’interviews et de prises de son réalisées pendant l’enquête
découpage en plages
présentation et détail des plages dans le livre

CHRONIQUES  & REVUE DE PRESSE :
- Agence Régionale du Livre Paca.
- La Compagnie.
- Journal Zibeline n°24 - page 69


LES CONTACTS

association précipité
Rue grande
83630 Artignosc sur Verdon
T. 04 94 04 15 56
precipite@free.fr
http://blog.editionsprecipitees.org

Laure Maternati : laurematernati@free.fr - 06 99 49 21 46
Bat Sheva Papillon : batshevapapillon@hotmail.com - 06 23 57 62 76


Trajectoires d'habitat, parcours de chibanis
Nous les caraques, romanos, bohémiens, manouches, gitans
Rap et  hip-hop : parcours d’artistes
Rendez-nous la Loubière
Rêves de Brûleuses
Du Mékong à la Méditerranée
Parcours de femmes
Route Impériale n°8, Arenc, mémoires et devenir
Témoignages d'anciens travailleurs
À l'insue

Accueil | Présentation | Projets | Catalogue | Actualité | Médiathèque | Portraits | Ressources | Séminaire | Liens | Contacts | Mentions légales